Jean-Chrysostôme Lacuée-Saint-Just

1777 - 1834

Informations générales
  • Né le 31 juillet 1777 à Agen (Lot-et-Garonne - France)
  • Décédé le 2 avril 1834 à Château de la Massas (Lot-et-Garonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 7 novembre 1833 au 2 avril 1834
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Majorité ministérielle

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1833 à 1834, né à Agen (Lot-et-Garonne) le 31 juillet 1777, mort au château de la Massas, près Hautefage (Lot-et-Garonne), le 2 avril 1834, neveu de Lacuée de Cessac qui fut élu en 1791 et fils de Jean-Chrysostôme baron Lacuée (1747-1824), qui fut premier président de la cour d'appel d'Agen, et de dame Marie-Anne Douzon de Fontayral, il entra à l'Ecole navale (pupilles de la marine), fut nommé à dix-sept ans, le 14 floréal an III, aspirant de 3e classe, et, le 27 pluviôse an VIII, passa sur le Patriote en qualité d'enseigne de vaisseau. Fait prisonnier par les Anglais en l'an X, il ne rentra en France qu'après une assez longue captivité.

Sous l'Empire, Lacuée-Saint-Just devint successivement auditeur, puis maître des requêtes au conseil d'Etat, administrateur général de la marine du Portugal, et intendant général de l'armée d'Aragon sous Suchet.

Fait chevalier de la Légion d'honneur le 8 avril 1807, il a été créé baron d'empire en 1810.

Retiré (1815) dans son domaine de la Massas, il entra au conseil général de Lot-et-Garonne en 1831, et se présenta la même année, mais sans succès, à la députation, dans le 1er collège de ce département : il échoua, le 27 mars, avec 116 voix contre 150 au député sortant, M. Dumon, et, le 5 juillet suivant, avec 52 voix contre 120 au même concurrent, réélu.

M. Lacuée-Saint-Just ne réussit à se faire élire député que le 7 novembre 1833, dans le 5e collège de Lot-et-Garonne, par 175 voix sur 292 votants. Il appartint à la majorité et prononça, le 26 mars 1834, un discours assez remarqué à propos des crédits supplémentaires de l'exercice 1835. Il parla encore sur l'établissement dans chaque chef-lieu de département de caisses d'épargne et de prévoyance. Décédé le 2 avril 1834, Lacuée-Saint-Just fut remplacé à la Chambre, le 15 mai, par M. Paganel.

Date de mise à jour: août 2013

Retour haut de page