Philippe d'Argenlieu

1892 - 1977

Informations générales
  • Né le 25 septembre 1892 à Bordeaux (Gironde - France)
  • Décédé le 21 mai 1977 à Coulongé (Sarthe - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Sarthe
Groupe
Parti républicain de la liberté

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1951 au 1er janvier 1958

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 25 septembre 1892 à Bordeaux (Gironde)

Décédé le 21 mai 1977 à Coulongé (Sarthe)

Membre de la première Assemblée nationale Constituante (Sarthe)

Sénateur de la Sarthe de 1951 à 1958

Après des études secondaires au lycée de Vesoul puis à Janson de Sailly à Paris, Philippe Thierry d'Argenlieu, cousin de l'amiral Georges Thierry d'Argenlieu, participe à la Grande Guerre, en qualité d'officier. Ses états de service et sa blessure sur la Somme, en 1916, lui valent les croix de guerre française et belge, et la croix de la Légion d'honneur, en 1929. En 1925, il quitte le service actif et se consacre à l'exploitation agricole de son domaine de Cherban à Coulongé, dans la Sarthe. Elu maire de Coulongé, en novembre 1930, il le restera jusqu'à sa mort. Mobilisé à nouveau en 1939-1940, Philippe d'Argenlieu continue la lutte dans la clandestinité en hébergeant des évadés et des résistants.

Il est élu à la première Assemblée nationale Constituante sur la liste Entente républicaine. Hostile à l'instabilité gouvernementale des débuts de la IVe République, il se retire provisoirement des compétitions politiques.

Le 21 octobre 1951, il se présente néanmoins sous l'étiquette RPF à l'élection partielle sénatoriale qui suit la démission, dans la Sarthe, de Raymond Dronne, élu député. Il sera réélu le 18 mai 1952, sur la liste RPF, et le 8 juin 1958, sur la liste des républicains sociaux. Membre du groupe RPF puis, à partir de 1955, du groupe des Républicains sociaux, Philippe d'Argenlieu siège à la Commission des affaires économiques et à la Commission des affaires étrangères, dont il assurera les fonctions de vice-président en 1956. Ses principales interventions sont consacrées à la politique agricole, et plus particulièrement aux problèmes de l'aménagement rural, ainsi qu'à la politique étrangère ; à plusieurs occasions, il s'affirme soucieux de défendre la présence et l'autorité de la France, aussi bien outre-mer que dans la Sarre.

Parallèlement à son mandat parlementaire, Philippe d'Argenlieu assume de nombreuses responsabilités dans différents organismes. Au moment de son élection, en 1951, il est membre du syndicat des agriculteurs de France et du syndicat des propriétaires forestiers, président du syndicat des exploitants agricoles et membre du bureau de l'Association des maires et adjoints de la Sarthe.



Retour haut de page