Jean Cordillot

1927 - 2016

Informations générales
  • Né le 17 mars 1927 à Cervon (Nièvre - France)
  • Décédé le 14 avril 2016 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 8 décembre 1958
Département
Yonne
Groupe
Communiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 17 mars 1927 à Cervon (Nièvre)

Député de l'Yonne de 1956 à 1958

Né le 17 mars 1927 à Cervan dans la Nièvre, Jean Cordillot se destine au professorat d'allemand et exerce les fonctions de répétiteur au collège technique de Sens. Ce militant actif, Secrétaire de la fédération communiste de l'Yonne, est désigné comme candidat du Parti communiste français aux élections du 2 janvier 1956.

Jean Cordillot se propose d'enrayer l'exode rural qu'il attribue à la pauvreté des petits exploitants et d'améliorer la situation des autres. Trois apparentements ont été conclus, entre la S.F.I.O., les Radicaux-socialistes, l'U.D.S.R., les Républicains sociaux d'une part, entre le M.R.P. et les Indépendants d'autre part, les listes poujadistes s'apparentant entre elles. Aucun de ces regroupements n'atteignant la majorité absolue des voix, les sièges sont répartis à la proportionnelle ce qui permet au Parti communiste, éliminé en 1951 par un large apparentement, d'obtenir un siège pour ses 29 584 voix.

Le jeune député - secrétaire d'âge le 19 janvier 1946 - est nommé membre de la Commission des affaires économiques, de la Commission des territoires d'outre-mer dont il devient le secrétaire le 10 février 1956, puis de la Commission de l'éducation nationale.

Soucieux de défendre ses électeurs, Jean Cordillot demande que les victimes des gelées de l'Yonne soient aidées et, fidèle à ses origines professionnelles intervient en faveur des ingénieurs des Arts et métiers, employés dans l'Education nationale et de ses anciens collègues de l'enseignement technique pour lesquels il souhaiterait une amélioration de carrière. Plusieurs interventions témoignent également de son intérêt pour les problèmes de l'Afrique. Favorable à l'exploitation des richesses sahariennes au profit des populations voisines, à une paix rapide en Algérie, il vote contre la loi-cadre dans ces départements. Selon lui l'association des territoires d'outre-mer au marché commun, contre lequel il a voté le 9 juillet 1957, serait la réalisation de la vieille idée d'Eurafrique chère à « l'impérialisme allemand » et aux capitalistes européens ou américains ; elle empêcherait l'industrialisation de l'Afrique condition du progrès et de l'indépendance politique réelle de ces territoires. Il se prononce pour l'indépendance du Cameroun qui correspond mieux que l'autonomie aux souhaits profonds de ses habitants et voudrait que l'amnistie soit étendue au Togo, au Cameroun et à Madagascar. Le 1er juin 1958 le député de l'Yonne ne vote pas la confiance au général de Gaulle.

Conseiller général de l'Yonne de 1973 à 1998, conseiller régional de Bourgogne de 1998 à 2004, il fut également maire de Sens entre 1995 et 2001.

Date de mise à jour: avril 2016



Retour haut de page