Alexandre, Denis Crespel

1867 - 1955

Informations générales
  • Né le 17 mai 1867 à La bassée (Nord - France)
  • Décédé le 12 janvier 1955 à La bassée (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Nord
Groupe
Entente républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Nord
Groupe
Union républicaine démocratique

Biographies

Né le 17 mai 1867 à La Bassée (Nord), mort le 12 janvier 1955 à La Bassée.

Député du Nord de 1919 à 1928.

Docteur en droit de la Faculté de Paris, où il soutint une thèse sur les Garanties accordées au locateur d'immeubles (1891), Alexandre Crespel prit la tête d'une industrie à La Bassée. Il en devint maire en 1898, pour être constamment réélu. Conseiller d'arrondissement en 1895, il fut réélu en 1901, 1907, 1913 et 1919. Conseiller général de La Bassée en 1920, son siège lui fut renouvelé en 1922, 1928 et 1934. Il fut secrétaire de 1901 à 1903, puis vice-président de 1904 à 1909 du Conseil d'arrondissement de Lille, et secrétaire du Conseil général en 1937.

Pendant la guerre de 1914-1918 il demeura longtemps parmi ses administrés de La Bassée, sous l'occupation allemande, et réussit à maintenir le moral de la population durement éprouvé. Après l'armistice de 1918, il s'employa à la reconstruction de sa ville martyre et se dévoua à la cause des sinistrés.

Il entra à la Chambre des Députés à la faveur des élections générales législatives du 16 novembre 1919, qui se déroulèrent au scrutin de liste. Inscrit au septième rang de la liste d'Union nationale et républicaine, qui eut cinq élus, il recueillit personnellement 89.427 voix sur 374.022 votants. Inscrit au groupe de l'entente républicaine et démocratique, il appartint à la Commission de l'administration générale, départementale et communale et à celle des régions libérées. Il déposa plusieurs propositions de loi ou de résolution concernant : les baux à loyer (1920), les actes de décès (1920), la reconstruction des archives des Caisses d'épargne et de la Caisse des dépôts et consignations détruites pendant la guerre (1920), la limitation du nombre des débits de boissons (1920), qu'il fut chargé de rapporter (1921), la suppression de tout impôt ou taxe sur les traitements et salaires (1922), l'incorporation des conscrits appartenant à des familles nombreuses, près de leur domicile (1922), le régime des baux emphytéotiques, qu'il fut chargé de rapporter (1922), la perception des impôts dans les régions libérées (1922), le remploi des indemnités pour dommages de guerre (1923), le régime fiscal des régions libérées (1923), les obligations décennales remises en paiement des dommages de guerre (1923), la cession d'un fonds de commerce (1923); et il rapporta le projet de loi relatif à l'installation des réfugiés ou rapatriés (1920), et le projet de loi sur la reconstitution des actes et archives détruits au cours de la guerre (1920). Il intervint à la tribune au cours de la discussion : du projet de loi relatif au relèvement des taxes postales, télégraphiques et téléphoniques (1920), du projet de loi relatif à la création de nouvelles ressources fiscales (1920), du budget des régions libérées et de la loi de finances de l'exercice 1920 (1920), du projet de loi relatif au régime fiscal des régions ayant subi l'occupation (1920), du budget des régions libérées de l'exercice 1921 (1921), du projet de loi portant fixation définitive de la législation sur les loyers (1921), de la loi de finances de l'exercice 1923 (1923), du projet de loi modifié par le Sénat, concernant la taxe sur le chiffre d'affaires (1923), du projet de loi tendant à modifier le régime fiscal applicable au petit commerce et à la petite industrie (1924).

Il retrouva son siège aux élections générales du 11 mai 1924, troisième de la liste de l'entente républicaine démocratique. Il groupa sur son nom 118.129 voix sur 451.028 votants. Il s'inscrivit au groupe de l'Union républicaine démocratique et siégea à la Commission des régions libérées et à celle des boissons. Auteur d'une proposition de loi relative aux débits de boissons réouverts dans les régions dévastées (1924), il rapporta le projet de loi sur la réparation des dommages de guerre (1927), et se fit entendre au cours des débats sur : le budget des régions libérées et la loi de finances de l'exercice 1925 (1924 et 1925) et le budget des régions libérées de l'exercice 1927 (1926).

Il ne se représenta pas aux élections générales du 22 avril 1928 qui eurent lieu au scrutin uninominal, mais tenta de se faire élire au Sénat à l'élection partielle du 12 juin 1932, en remplacement de M. Charles Debierre décédé. Il subit un échec.

Il n'eut pas plus de chance aux élections sénatoriales du 16 octobre 1932 (renouvellement du 10 janvier 1933). Définitivement fixé à La Bassée, il y mourut le 12 janvier 1955, à l'âge de 88 ans. Ses funérailles eurent lieu dans sa ville natale, le 17 janvier, au milieu d'une grande affluence.

Il fut vice-président, puis président en 1938 du Comice agricole de Lille et président de la section flamande et artésienne de l'Association des maires de France.

Il était Chevalier de la Légion d'honneur, et décoré de la Médaille d'argent de la Reconnaissance française.




Né le 17 mai 1867 à La-Bassée (Nord)
Décédé le 12 janvier 1955 à La-Bassée (Nord)

Député du Nord de 1919 à 1928

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome III, p. 1184, 1185)

Maintenu dans ses fonctions de maire de La-Bassée pendant l'Occupation, Alexandre Crespel tente de défendre les intérêts de ses administrés et vient en aide aux réfractaires du S.T.O.

Battu aux élections municipales de mai 1945, il se retire de la vie politique et meurt dans sa commune natale, le 12 janvier 1955, à l'âge de 87 ans.



Retour haut de page