Anatole, Edouard Debiève

1844 - 1905

Informations générales
  • Né le 28 janvier 1844 à Wargnies-le-petit (Nord - France)
  • Décédé le 10 mars 1905 à Valenciennes (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1902 au 11 mars 1905
Département
Nord
Groupe
Radical-socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 28 janvier 1844 à Wargnies-le-Petit (Nord), mort le 10 mars 1905 à Valenciennes (Nord).

Député du Nord de 1902 à 1905.

Fils d'un cultivateur, Anatole Debiève fit ses études secondaires au collège de Valenciennes. Il prit part à la campagne de 1870 comme sous-officier au 46e Régiment de mobiles. Il fonda une usine de tissage mécanique et d'impressions sur tissus à Valenciennes. Juge - 1880- puis président (1896 et 1903) au Tribunal de commerce de Valenciennes, il fut élu conseiller municipal de cette ville en 1881, puis adjoint au maire (1893-1905).

Candidat radical aux élections générales législatives du 27 avril 1902, à Valenciennes, « contre toutes les réactions coalisées » il n'obtint que 4.631. voix au premier tour de scrutin (contre 5.452 à Dervaux) mais l'emporta au second tour le 11 mai avec 7.568 voix contre 6.145 à Dervaux, sur 13.756 votants. Il devint membre de diverses Commissions, notamment de la Commission du commerce et de l'industrie et de la Commission d'hygiène publique. Il mourut en cours de mandat, à Valenciennes, le 10 mars 1905 à l'âge de 61 ans et fut inhumé à Saint-Waast-la-Vallée. Son éloge funèbre fut prononcé en séance publique par le président Paul Doumer, le 16 mars 1905 : « Dans la crise douloureuse qui a ébranlé notre pays, il y a 35 ans, M. Debiève fut un des vaillants soldats de la défense nationale. il se trouva préparé par cette dure épreuve à être ce bon et utile citoyen que nous avons connu... Son mérite, autant que sa modestie et sa bonté, lui avaient conquis dans sa ville natale une place enviée qu'il eut également occupée parmi nous, si la mort n'était venue soudainement nous le ravir. »

Il était Officier de la Légion d'honneur.


Retour haut de page