Georges Decroze

1869 - 1939

Informations générales
  • Né le 1er mai 1869 à Pont-sainte-maxence (Oise - France)
  • Décédé le 15 avril 1939 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Oise
Groupe
Parti républicain radical et radical socialiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 22 mars 1931 au 15 avril 1939

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 1er mai 1869 à Pont-Sainte-Maxence (Oise), mort le 15 avril 1939 à Paris.

Député de l'Oise de 1914 à 1919. Sénateur de l'Oise de 1931 à 1939.

Négociant en vins à Pont-Sainte-Maxence, Georges Decroze fut porté par la confiance de ses concitoyens à la première magistrature de cette ville et au Conseil général de l'Oise.

Le 10 mai 1914, il fut élu député de la deuxième circonscription de Senlis par 7.284 voix contre 5.676 à Heuzé qu'il avait précédé au premier tour, le 26 avril, sur 13.105 votants. Il ne resta que peu de temps au Palais Bourbon où il siégea sur les bancs du parti radical-socialiste.

Dès la déclaration de guerre, Decroze rejoignit son unité et sa glorieuse conduite sur les champs de bataille lui valut la Croix de guerre et la Légion d'honneur. A l'armistice Decroze reprit sa place de député et il fut en 1919 le rapporteur de propositions de loi concernant les moratoires et la reconstitution sylvestre des régions dévastées. Le 16 novembre 1919, la carrière parlementaire de Decroze était de nouveau interrompue, les électeurs de l'Oise ayant donné quatre sièges à la liste d'Union nationaliste et républicaine et un seul aux radicaux-socialistes. Le 22 avril 1928, nouvel échec de Decroze, qui, après les résultats décevants du premier tour préféra ne pas maintenir sa candidature au second.

Il devait prendre sa revanche le 22 mars 1931 date à laquelle il fut élu sénateur à une élection partielle par 580 voix contre 541 à Fournier-Sarlovèze au deuxième tour de scrutin sur 1.125 votants. Son mandat ayant été confirmé par l'élection du 16 octobre 1932 (renouvellement du 10 janvier 1933) où il obtint au deuxième tour de scrutin 570 voix sur 1.130 votants, il siégea jusqu'à sa mort sur les bancs de la gauche démocratique à la Haute Assemblée, dont il fut le secrétaire de 1937 à 1939 et où il fit partie de la Commission du commerce et de celle de l'Algérie.

Il s'intéressa néanmoins également à l'aménagement de la région parisienne, en particulier à sa délimitation qui fit l'objet d'un amendement qu'il déposa au cours de la discussion du 23 mars 1932, et à la commercialisation des produits agricoles. Il intervint le 24 juillet 1936 dans la discussion du projet de loi instituant l'Office national interprofessionnel des céréales, en faveur duquel il devait voter, et déposa plusieurs rapports des mieux documentés sur les vins mousseux.

Georges Decroze mourut en cours de mandat le 15 avril 1939 à l'âge de 70 ans et le président Jeanneney lui consacra une brève oraison funèbre à la séance du 11 mai suivant: « Quand Decroze entra au Sénat notre sympathie l'a vite entouré : la discrétion bienveillante de ses manières et sa probité d'esprit la conviaient ».