Paul Delombre

1848 - 1933

Informations générales
  • Né le 18 mars 1848 à Maubeuge (Nord - France)
  • Décédé le 8 novembre 1933 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 3 septembre 1893 au 31 mai 1898
Département
Basses-Alpes
Groupe
Union démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Basses-Alpes
Groupe
Républicains progressistes
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 31 mai 1906
Département
Basses-Alpes
Groupe
Républicains progressistes

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né à Maubeuge (Nord) le 18 mars 1848, mort à Paris le 8 novembre 1933.

Député des Basses-Alpes de 1893 à 1906. Ministre du Commerce, de l'Industrie, des Postes et Télégraphes du 1er novembre 1898 au 22 juin 1899.

Paul Delombre fit ses études classiques au lycée de Versailles puis s'inscrivit à la Faculté de droit de Paris en 1867.

Dès 1868 il collaborait à de nombreux journaux techniques tels que Le Journal des travaux publics et Le Conseiller-Gazette des chemins de fer où il publia une Histoire des chemins de fer français et une Histoire des sociétés de crédit.

A la même époque, déjà membre des conférences Tocqueville et Molé-Tocqueville, il participa à la fondation de la conférence Henrion de Pansey.

Licencié en droit en 1869, il se fit inscrire au barreau de Paris en 1871 après avoir pris part, avec le 8e bataillon des mobiles de la Seine, aux combats sous Paris.

De 1878 à 1932, il fut chargé de la partie économique et sociale du journal Le Temps où il publia presque quotidiennement des articles très remarqués.

Il fut l'un des fondateurs, au lendemain des élections de 1885, de l'Association républicaine du centenaire de 1789 qui fusionna depuis lors avec l'Association nationale républicaine.

Candidat républicain dans le 5e arrondissement de Paris, aux élections générales législatives du 22 septembre 1889, il obtint 2.113 voix contre 4.586 à M. Alfred Naquet, candidat boulangiste élu au deuxième tour, sur 10.097 votants.

Elu le 3 septembre 1893 député de Barcelonnette au deuxième tour de scrutin, en remplacement de M. Fouquier, par 1.500 voix contre 1.432 à M. Liotard, révisionniste sur 2.965 votants, il s'inscrivit aux groupes de l'union progressiste et de l'union démocratique.

Membre des Commissions des crédits, du budget des chemins de fer et des douanes, il fut rapporteur du budget des Finances (1894-1895), rapporteur général du budget en 1896 et prit part, en qualité de président de la Commission du budget, à la discussion budgétaire des exercices 1897 et 1898.

Il présenta des rapports sur la question des relations monétaires avec la Belgique, la Grèce, l'Italie, la Suisse. En qualité de rapporteur général de la Commission du budget, il conclut au rejet du projet d'impôt sur le revenu global et progressif présenté par M. Paul Doumer, alors Ministre des Finances.

Réélu député de Barcelonnette, le 8 mai 1898, par 2.506 suffrages, sans concurrent sur 2.688 votants, Paul Delombre accepta le portefeuille du Commerce, de l'Industrie, des Postes et Télégraphes, dans le Cabinet de Charles Dupuy (1" novembre 1898-22 juin 1899). Il fut l'un des promoteurs de l'Exposition universelle de 1900, collabora à l'arrangement commercial franco-italien et permit, par une série d'arrêtés ministériels, de règlements d'administration publique et par l'élaboration de la loi du 25 mai 1899, le fonctionnement des assurances contres les accidents du travail.

Réélu le 27 avril 1902, par 2.010 suffrages contre 697 à M. Ricaud, socialiste sur 2.782 votants, il fut membre des Commissions des crédits, du budget, du commerce et de l'industrie. Il prit une part active à toutes les discussions financières et demanda, comme président de la Commission du budget, la déclaration de l'urgence de la proposition de loi de M. Léon Janet sur les distributions d'énergie.

Aux élections générales du 6 mai 1906, il n'obtint que 1.036 voix contre 1.747 à M. Guyot de Villeneuve, conservateur libéral, élu, sur 3.016 votants.

Conseiller général des Basses-Alpes pour le canton d'Allos, de 1898 à 1910, il participa activement aux travaux de l'assemblée départementale qu'il présida du 22 août 1899 au 20 août 1906.

Candidat le 24 avril 1910, dans la première circonscription de Limoges, il n'obtint que 9.118 voix contre 15.414 à M. Betoulle, réélu, sur 24.896 votants.

Parmi ses nombreux ouvrages, on peut citer : La législation des chemins de fer d'intérêt local ; l'Etat et les compagnies de chemins de fer ; L'Affaire Philippart (1878) ; Une sanction ; La Patrie française ; Eloge du président Carnot ; La Banque de France (1914) ; Une page d'histoire financière : La Contribution patriotique sous la Révolution (1918) ; En Alsace et en Lorraine libérées (1919) ; Le 4 Septembre.

Grand Officier de la Légion d'honneur, Commandeur du Mérite agricole, Grand-Croix de la couronne d'Italie, Paul Delombre appartint au conseil supérieur de l'agriculture, au comité monétaire, au conseil supérieur de statistique, à la Société d'économie politique de Paris, au Cobden Club de Londres, au comité central de l'Alliance française, au conseil général de la Ligue nationale de la prévoyance et de la mutualité, à la création de laquelle il collabora avec M. Hippolyte Maze, au conseil général de l'Alliance républicaine démocratique. Il fut président de comités aux Expositions universelles de Paris, Liège, Milan, vice-président de l'Exposition franco-britannique de Londres, président de la Société de participation aux bénéfices.

Il mourut à Paris, le 8 novembre 1933, à l'âge de 85 ans.