Léonce Demalvillain

1841 -

Informations générales
  • Né le 18 janvier 1841 à Saint-pierre (Saint-Pierre-et-Miquelon - France)
  • Décédé à une date inconnue

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 13 septembre 1893
Département
Ille-et-Vilaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né à Saint-Pierre (Amérique du Nord) le 18 janvier 1841. Date et lieu de décès inconnus.

Député d'Ille-et-Vilaine de 1893 à 1897.

Léonce Demalvillain fera carrière en France, à Saint-Servan-sur-Mer, où il devient armateur puis maire de cette ville. il est aussi président du tribunal de Commerce de l'arrondissement de Saint-Malo, conseiller d'arrondissement du canton de Saint-Servan, président du comice agricole.

Républicain et protectionniste, Il se présente une première fois Aux élections de 1889, dans la deuxième circonscription de l'arrondissement de Saint-Malo, mais il échoue, n'ayant obtenu que 5.958 voix contre 6.498 à son heureux concurrent, M. de Lorgeril.

Sa candidature aux élections de 1893 est victorieuse. Il est élu au premier tour de scrutin, le 20 août, avec 8.880 voix sur 17.714 inscrits et 10.072 votants.

Léonce, Eugène Demalvillain avait insisté sur le fait qu'il était républicain et partisan des plus grandes libertés, tout en sauvegardant le respect des lois et des personnes. Il s'était prononcé pour des réformes Sérieuses, obtenir notamment le dégrèvement des boissons hygiéniques, l'égalité des contributions foncière et mobilière et l'établissement équitable de l'assiette de l'impôt, entendant favoriser toutes les branches d'activité françaises; et principalement la marine et l'agriculture ; il voulait mettre les travailleurs à l'abri de la misère.

A la Chambre des Députes ; il est membre de plusieurs commissions, dont la Commission chargée de l'examen des projets relatifs aux colonies.

Il dépose notamment une proposition de loi ayant pour objet de réglementer l'expédition des steamers transporteurs de Passagers. Il présente un rapport concernant une élection, mais surtout de nombreux rapports sur des projets de loi tendant à autoriser divers départements à contracter des emprunts ou à créer des ressources extraordinaires. Il demande à interpeller le Gouvernement sur le transport du matériel de guerre à Madagascar et développe son interpellation. Il prend part à la discussion du budget de l'exercice 1895 et du budget de l'exercice 1896, section marine, et évoque la protection du à nos compatriotes à Terre-Neuve.

Après avoir obtenu plusieurs congés, il donne en 1897 sa démission de député. Il est alors nommé trésorier-payeur général de Saint-Pierre-et-Miquelon par décret du 13 septembre 1897.

On ignore le lieu et la date de son décès.