Eugène Deniau

1834 - 1893

Informations générales
  • Né le 1er février 1834 à Saint-claude-de-diray (Loir-et-Cher - France)
  • Décédé le 26 juillet 1893 à Saint-claude-de-diray (Loir-et-Cher - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 20 avril 1879 au 14 octobre 1881
Département
Loir-et-Cher
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Loir-et-Cher
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Loir-et-Cher
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 6 octobre 1889 au 26 juillet 1893
Département
Loir-et-Cher
Groupe
Union républicaine

Biographies

Député depuis 1879, né à Saint-Claude-de-Diray (Loir-et-Cher), le 1er février 1834, il avait été négociant et viticulteur, et était devenu maire de Saint-Claude, et conseiller général de Loir-et-Cher depuis 1871, lorsqu'il fut élu, le 20 avril 1879, au 2e tour de scrutin, député de la 1re circonscription de Blois, par 8,316 voix sur 13,829 votants et 22,878 inscrits, contre 4,912 voix à M. Jullien, candidat radical, en remplacement de M. Dufay, nommé sénateur.

Il prit place à l'Union républicaine, et fut réélu successivement aux élections générales du 21 août 1881, par 11,381 voix sur 14,709 votants et 23,035 inscrits, contre 974 voix à M. Catalo, et à celles du 4 octobre 1885, le 2e sur 4 de la liste républicaine, par 41,703 voix sur 63,751 votants et 80,555 inscrits.

M. Deniau a voté, dans ces diverses législatures,

- pour les ministères républicains qui ont occupé le pouvoir,
- pour les lois Ferry sur l'enseignement,
- pour l'application des décrets aux congrégations,
- pour l'expulsion des princes, etc.

Il a présenté des projets de loi relatifs à la viticulture et à la réforme de l'impôt des boissons. Dans la dernière session, il s'est prononcé :

- pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement,
- contre l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- pour les poursuites contre le général Boulanger.

Date de mise à jour: janvier 2018


Né le 1er février 1834 à Saint-Claude-de-Diray (Loir-et-Cher), mort le 26 juillet 1893 à Saint-Claude-de-Diray.

Député du Loir-et-Cher de 1879 à 1893. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 337).

Lors des élections générales législatives des 22 septembre et 6 octobre 1889, Eugène Deniau fut réélu au second tour de scrutin, dans la première circonscription de Blois, par 10.352 voix contre 8.462 au candidat boulangiste Roger, sur 19.522 votants, après avoir totalisé, au premier tour, 8.381 voix sur 19.130 votants, contre 8.226 à Roger et 2.251 à Abadie.

Selon son habitude il siégea à gauche ; il appartint à diverses Commissions, dont la Commission générale des douanes. Auteur d'un amendement tendant à étendre aux ouvrières agricoles le bénéfice de l'indemnisation accordée aux accouchées ouvrières industrielles pendant le temps de repos auquel la loi les astreint, il défendit son amendement lors de la discussion générale de cette proposition de loi en 1892. Spécialiste des questions viticoles, il intervint dans la discussion du budget de l'exercice 1893, à propos du régime des boissons.

Il mourut en cours de mandat à Saint-Claude-de-Diray, le 26 juillet 1893, à l'âge de 59 ans, quatre jours après la clôture de la dernière session de la cinquième législature ; aussi ne bénéficia-t-il pas de l'éloge funèbre d'usage.


Retour haut de page