Jules, Paul Aubriot

1873 - 1959

Informations générales
  • Né le 30 juillet 1873 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 16 février 1959 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 8 mai 1910 au 31 mai 1914
Département
Seine
Groupe
Parti socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Seine
Groupe
Parti socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Seine
Groupe
Non inscrit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Seine
Groupe
Républicain socialiste et socialiste français

Biographies

Né à Paris le 30 juillet 1878, mort à Paris le 16 février 1959.

Député de Paris de 1910 à 1928.

Employé, militant. syndicaliste, puis journaliste, Jules Aubriot fut bientôt secrétaire de la Fédération des syndicats d'employés affiliés à la C.G.T.

Il se présenta pour la première fois aux élections générales des 24 avril et 8 mai 1910 à Paris (15e arrondissement, 1re circonscription) et fut élu au second tour de scrutin par 9.325 voix contre 8.374 à M. Chautard, député sortant. Membre de la Commission de la législation fiscale, de la Commission du suffrage universel, de la Commission d'enquête sur l'affaire Rochette, de la Commission des octrois, et de la Commission du commerce et de l'industrie, il s'inscrivit au groupe socialiste et déposa diverses propositions de loi tendant à assurer un salaire minimum aux employés de l'administration; à rendre insaisissable le mobilier jusqu'à une valeur de 4.000 francs; à assurer le repos hebdomadaire aux employés des P.T.T. (1911).

Il fut le rapporteur de la loi du 31 mars 1914 réprimant les actes de corruption dans les opérations électorales ainsi que du projet de loi tendant à assujettir à l'impôt sur le revenu les intérêts et arrérages des rentes et obligations émises par l'Etat.

Il intervint dans la discussion du projet de loi tendant à réduire à 10 heures la durée du travail dans les établissements industriels et dans le débat relatif à la représentation proportionnelle (1912). Réélu le 10 mai 1914 au 2e tour de scrutin dans la même circonscription, et bientôt mobilisé il fut promu sous-lieutenant. Démobilisé en décembre 1914 il reprit sa place à son banc de Député; et fut membre de la Commission des crédits, de la Commission de la législation fiscale, de la Commission de l'armée et de la Commission de révision des lois constitutionnelles. Il rapporta le budget du Génie pour 1915 et 1916 et le budget de l'Aviation pour 1917 et 1918 et fut délégué de la Commission du budget à la Commission interparlementaire des armements, présidée par Paul Doumer, qui prit l'initiative de la fabrication des tanks.

Il participa au débat qui aboutit à la loi du 31 mars 1919 sur les pensions militaires, à la discussion du projet de loi tendant à l'établissement d'une contribution sur les bénéfices de guerre et des projets de loi concernant les baux et loyers pendant la guerre.

Exclu du parti socialiste unifié à la suite de son refus de figurer sur la liste Sadoul, condamné à mort pour trahison par le tribunal militaire, il se présenta aux élections du 16 novembre 1919 dans la 3e circonscription de la Seine sur une liste incomplète, dite socialiste, et fut élu ainsi que ses deux colistiers; il s'inscrivit au groupe des républicains socialistes et des socialistes français.

Membre de la Commission des finances il proposa le remplacement des impôts directs, de la taxe sur le chiffre d'affaires et de la taxe de luxe par un impôt de répartition entre les revenus (1922), et déposa une proposition de loi tendant à la création d'un office national des pétroles et des essences (1920). Il prit une part active à la plupart des discussions, qu'il s'agisse de politique extérieure, financière ou intérieure.

Réélu en 1924 sur la liste du cartel républicain et socialiste, il siégea à la Commission de l'Algérie, des colonies et des protectorats, à la Commission des travaux publics et des moyens de communication, à la Commission d'Alsace-Lorraine, à la Commission du commerce et de l'industrie, à la Commission de la législation civile et criminelle, et à celle de l'administration générale, départementale et communale. Il préconisa l'adoption du scrutin uninominal avec représentation proportionnelle, déposa une proposition de loi tendant à faciliter l'aménagement des lotissements défectueux, rapporta et fit aboutir un projet de loi ayant le même objet (loi du 15 mars 1928). Il s'intéressa également aux loyers d'habitation et à la politique économique et financière du Gouvernement.

De nouveau candidat en 1928 dans la 2e circonscription du 15e arrondissement, il fut battu par Lionel de Tastes.

Jusqu'en 1939 Il se consacra au journalisme, assurant la direction politique des journaux L'Heure et Bonsoir et de l'hebdomadaire L'Opinion publique.

Après la libération il fonda avec ses anciens collègues Daniélou et Levasseur le « Groupe des anciens Députés » dont il était le vice-président en 1958, et dont il devint le président après le décès du chanoine Desgranges. Il le resta jusqu'à sa mort survenue le 16 février 1959.




Né le 30 juillet 1873 à Paris

Décédé le 16 février 1959 à Paris

Député de la Seine de 1910 à 1928

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome I, p. 407).

Jules Aubriot réside à Pau pendant la seconde guerre mondiale.

Après la Libération, il fonde, avec ses anciens collègues Daniélou et Levasseur, le groupe des anciens députés dont il devient successivement le vice-président, puis le président.