Jacques, Jean, Edmond Ducreux-Tacnet

1918 - 1952

Informations générales
  • Né le 20 septembre 1918 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 1er février 1952 à Montagnat (Ain - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er février 1952
Département
Vosges
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 20 septembre 1918 à Paris (20e)
Décédé le 1er février 1952 à Montagnat (Ain)

Député des Vosges de 1951 à 1952

L'entrée en politique de Jacques Ducreux découle de sa rencontre avec Paul Anxionnaz en 1946. Ce dernier, candidat radical dans la Mame aux élections du 2 juin 1946 pour la seconde Assemblée nationale Constituante, avait alors fait la connaissance de Ducreux, jeune journaliste au quotidien de Reims Est-France fondé par des résistants du mouvement Libération-Nord. Pour son aide dans la campagne, Paul Anxionnaz fit de Jacques Ducreux son secrétaire parlementaire quand il fut élu en 1947, président de la Commission de la défense nationale. Assez naturellement, ce licencié en droit décide de recevoir le sacre du suffrage universel. En 1948, il est élu conseiller municipal de Wisembach dans les Vosges. Il en devient maire en décembre 1951 et conseiller général de Fraize en 1949. Ses collègues lui marquent leur confiance en le désignant comme rapporteur général du budget départemental.

Aux élections législatives du 17 juin 1951, Jacques Ducreux se présente derrière André Barbier, président du Conseil général des Vosges, sur une liste indépendante d'Union Républicaine présentée par l'Union des Indépendants, des Paysans et des Républicains nationaux et par le R.G.R. ; liste qui a la particularité d'être apparentée à la liste R.P.F. de Maurice Lemaire. C'est du reste cet apparentement conclu entre les deux listes à l'exclusion de tout autre qui leur permet de se partager les cinq sièges à pourvoir. La liste modérée - R.G.R. profite du fort succès de la liste gaulliste puisqu'elle obtient deux sièges avec 35 227 voix alors que la liste communiste avec 35 325 suffrages n'a aucun représentant.

Jacques Ducreux, membre du Rassemblement des Gauches républicaines, s'inscrit au groupe radical. Son élection est validée le 6 juillet 1951. Il est nommé membre de la Commission des affaires économiques et de celle de la reconstruction et des dommages de guerre.

Le 1er février 1952, sa voiture dérape sur le verglas non loin de Bourg-en-Bresse. Jacques Ducreux, ainsi que sa fille aînée, sont tués sur le coup.

Le 5 février, le président Herriot achève à peine une oraison funèbre faite avec l'habileté de l'agrégé des lettres capable de parler avec talent d'un homme qu'il connaît mal qu'un scandale éclate. Les gendarmes qui firent les premières constatations sur le lieu de l'accident trouvèrent dans le portefeuille du député deux cartes d'identité. Jacques Ducreux n'est pas Jacques Ducreux ! Il s'appelle en fait Jacques Tacnet, et il est recherché par toutes les gendarmeries de France. Aussitôt, une campagne de presse veut utiliser cette affaire pour mettre en difficulté la majorité. Paul Anxionnaz est accusé d'avoir utilisé comme président de la Commission de la défense nationale un homme peut-être au service d'une puissance étrangère. Le ministre de l'intérieur, le radical Charles Brune, est interpellé au Conseil de la République. Les journaux écrivent que Jacques Tacnet aurait fait partie sous l'occupation de la mission Scapini et qu'il aurait écrit dans des journaux prônant la collaboration. Puis s'étant évadé de France, il se serait engagé dans les Forces françaises combattantes et aurait réapparu à Paris à la Libération sous le nom de Ducreux.

L'histoire de Jacques Tacnet-Ducreux reste encore en partie opaque. Dans ses Mémoires (Mes trois républiques, 1988), Paul Anxionnaz rapporte qu'il a rompu avec Jacques Ducreux en 1948 après que celui-ci lui eut avoué qu'il portait le nom de sa mère et qu'il était recherché par la police. Le député de la Marne en informa alors le directeur de la Sûreté nationale qui, après enquête, lui déclara n'avoir rien à reprocher à Ducreux. En fait, Ducreux-Tacnet, journaliste à Vichy, décide en 1942 de rejoindre l'Afrique du Nord pour s'engager dans les Forces combattantes. Mais accusé d'avoir eu des sympathies pour la politique de collaboration, il est astreint à résidence. Il s'enfuit et est déclaré déserteur. Un avis de recherche est adressé à la gendarmerie, mais pas à la police. Finalement, Tacnet rentre en France en 1945 et fait la brève carrière politique mentionnée ci-dessus sans qu'il ait eu besoin de décliner son identité et sans que des preuves formelles aient alimenté l'accusation.



Retour haut de page