François, Tiburce Féraud

1821 - 1901

Informations générales
  • Né le 18 août 1821 à Arreau (Hautes-Pyrénées - France)
  • Décédé le 26 février 1901 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Hautes-Pyrénées
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Hautes-Pyrénées

Biographies

Député de 1885 à 1889, né à Arreau (Hautes-Pyrénées) le 18 août 1821, petit-neveu du conventionnel Jean Féraud, il fit profession d'opinions conservatrices, et combattit l'Empire dans les rangs du parti orléaniste.

Aux élections du 29 février 1852 pour le Corps législatif, il réunit 6,413 voix dans la 2e circonscription des Hautes-Pyrénées, contre 19,349 accordées au candidat officiel, M. Achille Jubinal, élu. Il se représenta contre le même concurrent vers la fin de l'Empire, le 24 mai 1869, et obtint cette fois 10,248 voix; mais M. Jubinal fut élu par 17,265 suffrages.

Beau-frère de M. de Goulard qui fut, en 1872, ministre du Commerce, puis des Finances et enfin de l'Intérieur, M. Féraud fut investi des fonctions de préfet des Hautes-Pyrénées le 8 mars 1871, d'abord à titre provisoire, puis définitivement au bout de quelques jours; il occupa ce poste jusqu'en 1875, époque à laquelle il fut nommé trésorier payeur général de l'Aude.

Révoqué sans explication par M. Tirard, en avril 1885, il se porta, le 4 octobre suivant, sur la liste conservatrice des Hautes-Pyrénées, et fut élu député de ce département, le 3e sur 4, par 29,718 voix (54,119 votants, 65,208 inscrits); il siégea à droite, vota:

- contre les crédits du Tonkin,
- contre la nouvelle loi militaire,
- contre les divers ministères de la législature,

et se prononça, à la fin de la législature,

- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.

Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 6 mars 1874.

Date de mise à jour: février 2018


Né le 18 août 1821 à Arreau (Hautes-Pyrénées), mort à Paris 8e le 26 février 1901.

Député des Hautes-Pyrénées de 1885 à 1893.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY. Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 626).

François Féraud fut réélu au premier tour, le 22 septembre 1889, dans la circonscription de Bagnères-de-Bigorre, par 10.867 voix contre 8.475 à M. Raoul, républicain, sur 19.500 votants. Il n'exerça d'activité qu'en qualité de commissaire, n'intervenant guère à la tribune de la Chambre.

Il se retira de la vie politique en 1893. Il devait décéder à Paris, le 26 février 1901.