Emile Ferry

1821 - 1897

Informations générales
  • Né le 7 janvier 1821 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 7 janvier 1897 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 6 octobre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Seine
Groupe
Républicains progressistes

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 7 décembre 1821 à Paris, mort le 7 janvier 1897 à Paris (9e).

Député de la Seine de 1889 à 1893.

Industriel parisien, Emile Ferry songea à la députation après une longue carrière à la tête de l'administration du IXe arrondissement de Paris, puisqu'il fut désigné comme premier adjoint en décembre 1870, pendant le siège de Paris. Il occupa très vite les fonctions de maire et organisa, à ce titre, le rationnement qui permit à la malheureuse population parisienne de pouvoir subsister. Président depuis 1872 de la Société municipale de secours mutuel du IXe arrondissement, ce qui lui valut la Médaille d'or du ministère de l'Intérieur, il appartint depuis 1873 au conseil de surveillance de l'Assistance publique, dont il fut le vice-président pendant quatre année.

Appelé par le Comité républicain du IXe arrondissement à se présenter aux élections générales législatives des 22 septembre et 6 octobre 1889 dans la 1re circonscription de cet arrondissement, il fut mis en ballottage au premier tour de scrutin par le monarchiste Georges Berry, qui prenait même la tête avec 2 196 voix sur 7.955 votants contre 1 979 à Ferry, 1 747 à O. Justice et 1.579 à Laurent ; au second tour, il l'emportait avec 3 966 voix sur Berry, resté seul candidat contre lui, qui avait rassemblé 3 538 bulletins, 7 641 électeurs ayant voté. Le renouvellement des 20 avril et 3 septembre 1893 ne lui est pas favorable : largement distancé au premier tour de scrutin où il n'avait obtenu que 1 388 voix contre 2 624 au conservateur Georges Berry et 1 384 à Klotz, sur 5 603 votants, il abandonna avant le second tour, laissant ainsi son siège à Berry.

Son programme électoral tenait en quatre points : antirévisionnisme, stabilité gouvernementale, maintien des libertés acquises pendant la Révolution et liberté de conscience.

Il siégea à la Chambre parmi les républicains libéraux et progressistes. Président de nombreux bureaux, ses fonctions passées, à la mairie du IXe arrondissement et au conseil de l'assistance publique, trouvèrent leur écho tant dans les propositions de loi ou les rapports qu'il déposa, tel celui qu'il rédigea sur la loi du 5 juin 1893 relative à la reconstitution des actes de l'état civil à Paris, que dans ses interventions à la tribune : emprunt de la ville de Paris, médicaments dans les hôpitaux, etc.

Son échec aux élections de 1893 le rend à la vie privée et il meurt le 7 janvier 1897 à Paris, dans ce IXe arrondissement qui fut si longtemps l'objet de ses soins, à l'âge de 76 ans.

Il était officier de la Légion d'honneur et officier de l'Instruction publique.