Charles, Félix Frébault

1825 - 1902

Informations générales
  • Né le 7 mars 1825 à Metz (Moselle - France)
  • Décédé le 29 octobre 1902 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 5 mars 1876 au 25 juin 1877
Département
Seine
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Seine
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Seine
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Seine
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 3 septembre 1893 au 31 mai 1898
Département
Seine

Biographies

Député de 1876 à 1889, né à Metz (Moselle) le 7 mars 1825, il étudia la médecine à Paris, et, après avoir passé (1850) les examens du doctorat, exerça sa profession dans le quartier du Gros-Caillou.

Chirurgien du 15e bataillon de la garde nationale pendant le siège (1870), il dirigea trois ambulances (mars-mai 1871), fut arrêté par l'armée de Versailles, et relâché immédiatement. D'opinions républicaines, il brigua et obtint en 1871, puis en 1874, le mandat de conseiller municipal de Paris, où il représenta son quartier jusqu'en 1876.

A cette époque, il se présenta aux élections pour la Chambre, et, le 5 mars, au second tour de scrutin, fut élu député du 7e arrondissement de Paris, par 6,148 voix (11,577 votants, 16,836 inscrits), contre 5,174 voix à M. Bartholoni, impérialiste. M. Frébault, qui s'était recommandé devant les électeurs du programme radical dit «programme Laurent-Pichat », avait eu pour adversaires au premier tour, outre M. Bartholoni, M. de Germiny, conservateur orléaniste, et M. Langlois, républicain modéré, qui se désista avant le ballottage. M. Frébault s'inscrivit à l'extrême gauche en même temps qu'à l'Union républicaine, vota pour l'amnistie plénière, s'associa, d'ailleurs, à la plupart des votes de la majorité de la Chambre, et, après l'acte du 16 mai 1877, fut un des 363 députés hostiles au ministère Fourtou de Broglie.

Il obtint sa réélection le 14 octobre 1877, avec 7,078 voix (13,427 votants, 17,057 inscrits), contre 6,136 à M. Bartholoni, candidat officiel, prit part aux dernières luttes des républicains contre le gouvernement du Maréchal, soutint le cabinet Dufaure, vota:

- pour l'article 7,
- pour l'application des lois aux congrégations existantes,
- pour l'amnistie,
- pour la liberté de la presse,
- pour la reconnaissance du droit de réunion et d'association,

et partagea, dans la plupart des cas, les opinions des radicaux, sans compter toutefois parmi les membres intransigeants du groupe de l'extrême gauche.

Réélu, le 21 octobre 1881, par 6,480 voix (12,624 votants, 17,732 inscrits), contre 4,774 voix à M. Cochin, conservateur, et 1,032 à M. Thierry, il reprit sa place parmi les radicaux de la Chambre nouvelle, se prononça contre la politique coloniale, contre les crédits du Tonkin, et contre le ministère Ferry.

Il fut porté, lors des élections générales d'octobre 1885, sur un assez grand nombre de listes républicaines, dites de conciliation, et, ayant réuni au premier tour 159,331 voix sur 434,011 votants, il fut maintenu sur la liste républicaine unique au scrutin de ballottage. Il fut élu alors, le 9e sur 34, par 287,479 voix (416,886 votants, 564,338 inscrits). M. Frébault suivit dans la Chambre nouvelle la même ligne politique que précédemment, s'occupa surtout des questions d'enseignement primaire, prit part au renversement des premiers ministères opportunistes de la législature, vota l'expulsion des princes (juin 1886), soutint le cabinet Floquet, et se prononça, dans la dernière session,

- pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- contre l'ajournement indéfini de la révision de la constitution,
- pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- pour les poursuites contre le général Boulanger.

Né le 7 mars 1825 à Metz (Moselle), mort le 29 octobre 1902 à Paris.

Député de la Seine de 1876 à 1889 et de 1893 à 1898.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. III, p. 62.)

Le docteur Frébault fut battu aux élections de 1889, dans le VIIe arrondissement de Paris, en troisième position au premier tour avec 4.492 voix sur 14.892 votants contre 4.743 à Denys Cochin et 5.046 à Terrail-Mermeix, qui fut élu le 6 octobre avec 4 voix de plus seulement, 5.050 sur 14.592 votants contre 4.830 à Denys Cochin et 4.684 au docteur Frébault, chacun étant resté sensiblement sur les mêmes positions. Au renouvellement de 1893, il put prendre sa revanche, toujours au scrutin de ballottage, avec 5.991 voix sur 11.893 votants contre 5.700 à Lerolle, la répartition des voix ayant été, le 20 août, de 4.558 voix sur 12.497 votants, contre 4.488 et 3.041 à l'ancien préfet de police Andrieux.

Républicain radical, le docteur Frébault présida un nombre considérable de bureaux et partagea les travaux de multiples commissions spéciales. L'examen des budgets de 1897 et 1898 et le projet d'érection de la gare d'Orsay sur les ruines de la Cour des comptes occupèrent son activité pendant cette législature.

Aux élections de 1898, Frébault, le 8 mai, fut sévèrement mis en ballottage par son adversaire de 1893, Lerolle, 6.896 voix sur 15.804 votants contre 4.628 à lui-même ; il ne put l'emporter le 22 mai, ayant réuni 7.513 voix contre 7.742 à Lerolle, élu, sur 15.429 votants. Quatre ans plus tard, en 1902, le VIIe arrondissement fut divisé en deux circonscriptions : abandonnant la 1re à Lerolle, le docteur Frébault s'opposa dans la 2e à Maurice Spronck, qui le battit dès le premier tour avec 4.380 voix sur 8.546 votants, contre 2.335.

Il survécut de peu à cet échec puisqu'il mourut le 27 octobre suivant, à Paris, âgé de 77 ans.