Charles Fringant

1872 - 1949

Informations générales
  • Né le 31 mars 1872 à Toul (Meurthe - France)
  • Décédé le 20 mai 1949 à Toul (Meurthe-et-Moselle - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Meurthe-et-Moselle
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Meurthe-et-Moselle
Groupe
Gauche républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Meurthe-et-Moselle
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 22 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Meurthe-et-Moselle
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Né le 31 mars 1872 à Toul (Meurthe-et-Moselle).

Député de Meurthe-et-Moselle de 1914 à 1932.

Propriétaire-vigneron, Charles Fringant fut élu conseiller municipal de Toul le 3 mai 1908 - il sera réélu jusqu'en 1919. Radical, président du Comité républicain démocratique de son arrondissement, il se présenta aux élections générales législatives du 26 avril 1914 dans la circonscription de Toul et fut élu dès le premier tour avec 6.720 voix sur 12.704 votants, contre 5.656 voix à son unique concurrent Plessiart. Il avait placé sa candidature sous le patronage de Caillaux.

Il fut nommé membre de la commission des mines et de celle de l'agriculture.

Aux élections générales du 16 novembre 1919, il arriva au sixième rang de la liste d'entente républicaine et d'union nationale qui emporta les sept sièges - elle comprenait notamment Albert Lebrun, Louis Martin et François de Wendel. Il avait obtenu 57.400 voix sur 87.614 votants.

Membre de la commission des comptes définitifs, il prit part à une seule discussion en séance publique.

Le 11 mai 1924, la liste républicaine et nationale emporta les sept sièges de la Meurthe-et-Moselle, Fringant se classa quatrième de la liste avec 69.844 voix sur 104.318 votants. Il fut nommé cette fois membre de la commission de l'armée, de la commission des boissons et de la commission d'assurance et de prévoyance sociales.

Aux élections générales de 1928, Charles Fringant fut élu dès le premier tour, le 22 avril, dans la circonscription de Toul avec 6.374 voix, contre 4.119 pour Lafarge, sur 12.083 votants.

Dans sa profession de foi, il rappelait qu'il avait soutenu de ses votes la politique de Raymond Poincaré. Il se déclarait partisan de la politique étrangère menée par Briand (pactes de Locarno et de Genève), « Républicain de gauche sincère », il se présentait comme candidat de « l'union républicaine » et avait demandé aux électeurs de ne pas se laisser troubler par la campagne d'injures dirigée contre lui.

De nouveau candidat aux élections générales du 1er mai 1932, il essuya un lourd échec, n'obtenant que 335 voix sur 11.783 votants et ne se représenta pas au second tour.



Né le 31 mars 1872 à Toul (Meurthe-et-Moselle)

Décédé le 20 mai 1949 à Toul

Député de Meurthe-et-Moselle de 1914 à 1932

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome V, p. 1744, 1745)

Retiré de la vie politique depuis son échec de 1932, Charles Fringant meurt dans sa ville natale, à l'âge de 77 ans.