Félix Gaborit

1867 - 1944

Informations générales
  • Né le 7 juin 1867 à Saint-nazaire (Loire-Inférieure - France)
  • Décédé le 3 avril 1944 à Neuilly-sur-seine (Hauts-de-Seine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Seine-et-Marne
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Seine-et-Marne
Groupe
Entente républicaine démocratique

Biographies

Né le 7 juin 1867à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure).

Député de Seine-et-Marne de 1914 à 1924.

Félix Gaborit est né à Saint-Nazaire où son père exerçait la profession d'entrepreneur de déchargement de navires. Après avoir obtenu une licence en droit, il se lança dans le journalisme en collaborant au journal nazairien La Démocratie de l'Ouest. C'est au cours de sa jeunesse que devait se nouer une très profonde et très vive amitié entre Félix Gaborit et Aristide Briand, amitié qui, si elle devait se rompre publiquement en 1924, allait jouer un grand rôle dans la vie de ces deux hommes. Ainsi lorsqu'en 1890, Aristide Briand fut poursuivi à la suite de l'affaire dite du « Pré de Toutes-Aides », Gaborit, déjà à Paris, rédacteur à La Lanterne, y fit entrer Briand et l'aida à se disculper en usant de la ressemblance physique qui existait entre eux.

Quelque peu anarchiste dans sa jeunesse, Félix Gaborit participa à de nombreux duels, dont un d'ailleurs avec - ou contre - Aristide Briand. A la suite d'un de ces duels, Gaborit fut condamné à un mois de prison qu'il purgea à la prison politique de Sainte-Pélagie, où Briand devait lui aussi passer quelques jours à la suite d'une manifestation tapageuse.

Lorsque Briand devint, le 14 mars 1906, ministre de l'Instruction publique et des Cultes, Gaborit fit partie de son cabinet en s'installant, raconte-t-on, dans un bureau du ministère, ne laissant plus ainsi à Briand que le soin de ratifier le fait accompli.

En 1910, Gaborit se présente aux élections cantonales à Claye-Souilly, est élu, et devient conseiller général de Seine-et-Marne.

C'est dans ce même département qu'il devait se présenter aux élections législatives de 1914 dans la 1re circonscription de Meaux et l'emporter, dès le premier tour, sous l'étiquette de la gauche républicaine, par 6.911 voix contre 6.516 à M. Perrissoud, député sortant, sur 13.425 suffrages exprimés.

Il allait siéger peu de temps puisque, dès le début de la Grande guerre, il s'engageait et était nommé officier d'administration le 26 mars 1915.

Après la guerre, il participa aux travaux des commissions de la marine marchande et du travail et prit part au débat sur le projet de réforme électorale.

En 1919, en tête d'une liste d'entente républicaine démocratique, il est élu au premier tour, recueillant, avec 31.354 voix, le plus grand nombre des suffrages.

Lorsqu'en 1921, Briand fut appelé à la présidence du Conseil, chacun, et Gaborit le tout premier, pensait qu'un portefeuille allait lui être attribué, d'autant plus qu'il présidait la commission de l'administration générale, départementale et communale et s'était acquis une solide réputation d'orateur doué d'humour et d'intelligence.

Aussi, lorsque fut connue la liste des membres du gouvernement, le désappointement de Félix Gaborit fut-il très vif. Briand lui laissa cependant entendre qu'il lui destinait un poste d'une toute autre ampleur : celui de gouverneur général en Algérie. Mais ce projet échoua, ainsi d'ailleurs que celui de confier à Gaborit le poste de haut-commissaire en Syrie qui fut attribué, en raison de la situation locale, au général Gouraud.

En avril 1924, la rupture entre les deux hommes est consacrée : Gaborit interpelle le gouvernement, alors présidé par Poincaré, mais, en fait, il vise Briand et nul ne s'y trompe.

Au cours de cette législature, Gaborit fut l'auteur du rapport sur la proposition de loi de Maurice Barrès tendant à instituer « une fête nationale de Jeanne d'Arc, fête du patriotisme ».

Les élections de 1924 ne lui furent pas favorables. Est-ce en raison de la rupture intervenue entre Briand et lui qu'il ne figure qu'en troisième position sur la liste d'union républicaine démocratique ? Toujours est-il que sur cinq sièges, quatre reviennent au cartel des gauches et que seul, M. Prévet, qui vient en tête de sa liste, est élu avec 29.611, Gaborit n'en obtenant que 29.467.

Il reprit alors ses activités journalistiques et collabora notamment à l'hebdomadaire Candide.



Né le 6 juin 1867 à Saint-Nazaire (Loire inférieure)

Décédé le 3 avril 1944 à Neuilly-sur-Seine (Seine)

Député de la Seine-et-Marne de 1914 à 1924

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome V, p. 1754, 1755)

Félix Gaborit décède le 3 avril 1944 à l'Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, à l'âge de 76 ans.
Il avait été fait chevalier de la Légion d'honneur le 13 décembre 1926.

Date de mise à jour: avril 2014