Pierre Guéneau

1853 - 1894

Informations générales
  • Né le 13 juillet 1853 à Dezize (Saône-et-Loire - France)
  • Décédé le 1er décembre 1894 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 10 juillet 1892 au 14 octobre 1893
Département
Côte-d'Or
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 1er décembre 1894
Département
Côte-d'Or
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 13 juillet 1853 à Decize (Saône-et-Loire), mort le 1er décembre 1894 à Paris.

Député de la Côte-d'Or de 1892 à 1894.

De quatre ans plus jeune que son frère Jean-Baptiste (voir notice précédente), Pierre Gueneau naquit lui aussi à Decize tout près de Nolay où devait se dérouler sa trop brève carrière.

Brillant élève au collège de Chalon-sur-Saône il vient poursuivre ses études à Paris où il prépare différents concours. Admissible à l'Ecole normale supérieure et à Polytechnique il entre à Centrale. Puis il commence des études de médecine et obtient rapidement le grade de docteur. Il revient alors se fixer, en 1881, à Nolay, berceau de la famille Carnot. Bon médecin, doué d'une vive intelligence, affable, courtois et d'un commerce agréable, il gagne très vite l'estime de ses concitoyens.

En mai 1884, il est porté par ses amis, sans effort, au conseil municipal et à la mairie de Nolay. Il n'a pas encore 30 ans. Pressenti pour les élections législatives de 1885, il décline la candidature afin de permettre à M. Spuller, alors ministre des Affaires étrangères, de réunir l'unanimité des suffrages républicains. Mais, l'année suivante, lorsque le député local, M. Sadi Carnot, est élu Président de la République, tout naturellement, Pierre Guéneau lui succède au Conseil général. En 1892, le sénateur de la Côte-d'Or, M. Joigneaux, meurt. M. Spuller est élu sénateur le 24 avril et démissionne de son mandat de député. Pierre Guéneau se présente alors à l'élection partielle qui doit pourvoir à son remplacement. II l'emporte, le 10 juillet 1892, devant son adversaire républicain modéré, M. Drouhin, par 5.763 voix contre 4.117, sur 10.049 votants et 15.195 inscrits. A 38 ans il devient député de la 2e circonscription de Beaune (Côte-d'Or).

L'année suivante, aux élections générales du 20 août 1893, il est réélu au premier tour par 6.428 voix contre 2.395 à M. Bouzerand (conservateur rallié) sur 9.074 votants et 14.961 inscrits.

Ardent républicain, partisan de la nomination des délégués sénatoriaux au suffrage universel, il vote à la Chambre avec la gauche radicale.

C'est surtout aux questions scientifiques qu'il consacre son attention. Il prend la parole en 1892 à l'occasion de la discussion du budget du ministère du Commerce et de l'Industrie, pour demander au ministre de rétablir au Conservatoire des Arts-et-Métiers le laboratoire de mécanique appliquée et créer un musée de l'éducation nationale destiné à mettre sous les yeux du public les principales applications de la science. A ce titre, il peut être considéré comme l'un des grands-pères spirituels du Palais de la Découverte, qui, beaucoup plus tard, sera créé dans cet esprit.

Le samedi 1er décembre 1894, la mort vient mettre fin prématurément à sa carrière : Pierre Gueneau s'éteint à 41 ans, il n'a siégé que deux ans.