Victor Guichard

1905 - 1955

Informations générales
  • Né le 14 février 1905 à Blacy (Yonne - France)
  • Décédé le 13 décembre 1955 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er décembre 1955
Département
Yonne
Groupe
Républicains indépendants

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)


Né le 14 février 1905 à Blacy (Yonne)

Décédé le 13 décembre 1955 à Paris

Député de l'Yonne de 1951 à 1955

Victor Guichard est né le 14 février 1905 à Blacy, dans l'Yonne, d'une ancienne souche paysanne. Lui-même cultivateur, très au fait des questions agricoles de son département d'origine, il est élu maire de Coutamoux (Yonne), dès 1935. Il sera régulièrement réélu à cette fonction qu'il exercera jusqu'à son décès.

Elu conseiller général du canton d'Isle-sur-Serein en 1945, il s'affirme comme un défenseur très actif et compétent de la paysannerie. Il apporte une précieuse collaboration aux diverses commissions paritaires départementales dont il fait partie.

Président de la troisième commission du conseil général, membre de la Commission départementale, il est également Président cantonal de la Confédération générale agricole (CGA).

C'est donc après une longue et riche expérience d'élu local que Victor Guichard se présent aux élections législatives du 17 juin 1951 dans son département d'origine. Il figure en troisième position sur la liste d'Union des indépendants, des paysans et des républicains nationaux conduite par le maire d'Auxerre, Jean Moreau, ancien secrétaire d'Etat.

Neuf listes sont en compétition dans le département. Celle où figure Victor Guichard a conclu un apparentement avec la liste RGR et radicale-socialiste et la liste RPF. Ce groupement recueille au total 64 114 voix sur 124 771 suffrages exprimés, ce qui lui permet de remporter les quatre sièges de la circonscription. La liste des Indépendants-Paysans, avec 37 556 voix, obtient trois sièges. Le quatrième est distribué au RPF (22 742 voix). La liste RGR-Radicale socialiste (3 816 voix) n'a pas d'élu.

Les listes apparentées SFIO et RGRIF (Rassemblement des groupes républicains et indépendants français), qui recueillent respectivement 14 114 et 8 168 voix, n'obtiennent aucun siège. Il en est de même des quatre autres listes non apparentées, celles du PC (29 075 voix), du MRP (6 631 voix), de l'UDSR (321 voix) et du « groupement national de défense des libertés professionnelles et des contribuables » (757 voix). Victor Guichard est nommé membre de la Commission des boissons dès le début de la législature et renouvelé à trois reprises dans ces fonctions. Il siège aussi à la Commission des affaires économiques et à celle de la production industrielle.

Le 19 décembre 1951, il est désigné par la Commission des affaires économiques pour faire partie de la sous-commission chargée de suivre et d'apprécier la gestion des entreprises industrielles nationalisées et des sociétés d'économie mixte.

Victor Guichard participe aux votes sur des questions essentielles posées aux députés de la législature. Il se prononce en faveur de la loi d'allocation scolaire du 28 septembre 1951 dite loi Baraugé. Il vote l'investiture des gouvernements d'Edgar Faure (17 janvier 1952), d'Antoine Pinay (6 mars 1952) et de Joseph Laniel (26 juin 1953) mais s'abstient volontairement lors de celle de Pierre Mendès-France (17 juin 1954). Il soutient le projet de Communauté européenne de défense (CED) en votant contre la question préalable opposée par le général Aumeran (30 août 1954). Opposé à la politique de Pierre Mendès-France, il lui refuse la confiance lors du scrutin sur la situation en Afrique du Nord qui entraîne la chute du cabinet (4 février 1955).

Malade, son état de santé qui l'avait déjà conduit à demander un congé le 16 février 1954, ne lui permet plus de se consacrer pleinement à l'activité parlementaire. Il décède, le 13 décembre 1955, à Paris, quelques jours après la dissolution de l'Assemblée par Edgar Faure.

Marié et père de trois enfants, Victor Guichard était chevalier du Mérite agricole.