Paul-Maurice Jacquier

1879 - 1961

Informations générales
  • Né le 26 mars 1879 à Bordeaux (Gironde - France)
  • Décédé le 3 mars 1961 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 21 février 1909 au 31 mai 1910
Département
Haute-Savoie
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Haute-Savoie
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 7 décembre 1919
Département
Haute-Savoie
Groupe
Parti républicain radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Haute-Savoie
Groupe
Radical et radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 29 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Haute-Savoie
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 13 novembre 1935
Département
Haute-Savoie
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 7 avril 1935 au 31 décembre 1944

Biographies

Né le 26 mars 1879 à Bordeaux (Gironde).

Député de la Haute-Savoie de 1909 à 1919 et de 1924 à 1935.

Sénateur de la Haute-Savoie de 1935 à 1944.

Sous-Secrétaire d'Etat aux Beaux-Arts du 9 décembre 1913 au 9 juin 1914. Sous-Secrétaire d'Etat à l'Intérieur du 14 juin 1914 au 29 octobre 1915. Sous-Secrétaire d'Etat aux Finances du 19 au 23 juillet 1926. Ministre du Travail du 8 novembre 1934 au 1er juin 1935.

Ministre de l'Agriculture du 1er au 7 juin 1935.

Paul Jacquier naquit à Bordeaux d'une famille savoyarde originaire des bords du Léman. Docteur en droit, avocat, membre du parti radical-socialiste, il fut élu conseiller général du canton de Thonon dès 1905. Il avait à peine 30 ans lorsque, le 21 février 1909, à une élection partielle, il emporta le siège de député de la même circonscription, laissé vacant par l'élection au Sénat de César Empereur, avec 8.021 voix sur 14.361 suffrages, au premier tour. Il devait être élu le 24 avril 1910 par 9.057 voix sur 9.074, puis le 26 avril 1914 par 8.213 voix sur 8.313. Battu aux élections générales de 1919 avec toute la liste radicale, il fut élu à nouveau le 11 mai 1924 par 30.969 voix sur 60.795 et réélu le 22 avril 1928, au deuxième tour, par 7.651 voix sur 15.304 enfin le 8 mai 1932, au deuxième tour également, par 8.276 voix sur 15.655.

Très actif à la Chambre, Paul Jacquier s'intéressait particulièrement aux questions financières, aux questions algériennes, à l'enseignement et aux beaux-arts. Il fut membre, et souvent rapporteur, de la plupart des commissions. En 1933, il succéda à Lamoureux comme rapporteur général de la commission des finances.

Grâce à sa puissance de travail, à sa culture, à sa courtoisie, Jacquier se fit très vite une place de choix à la Chambre où ses interventions aussi brillantes que solides étaient des plus écoutées. Dès 1913, Gaston Doumergue qui vient de constituer son premier ministère lui confie le portefeuille de sous-secrétaire d'Etat aux Beaux-arts (9 décembre 1913 - 3 juin 1914). Notons pour la petite histoire qu'il exerçait ses fonctions au moment où la Joconde fut retrouvée. C'est le début d'une carrière ministérielle bien remplie. Paul Jacquier fut successivement sous-secrétaire d'Etat à l'Intérieur dans les deux cabinets Viviani (13 juin - 26 août 1914 ; 26 août 1914 - 29 octobre 1915). A ce titre, il prit l'initiative de la loi sur les allocations militaires qui a été appliquée pendant toute la guerre et créa les écoles de rééducation pour les mutilés ; sous-secrétaire d'Etat aux Finances dans le deuxième cabinet Herriot (19 juillet 1926) ; ministre du Travail dans le cabinet Flandin (8 novembre 1934 - 31 mai 1935) ; enfin ministre de l'Agriculture dans le cabinet Bouisson (1er - 7 juin 1935). Vice-président, puis président du Conseil général de la Haute-Savoie, il avait sa place toute marquée au Sénat. C'est le 7 avril 1935 qu'il y fut élu en remplacement de Fernand David, décédé, par 387 voix sur 566.

Au Sénat, s'il intervint plus rarement à la tribune, il continua de travailler efficacement au sein des grandes commissions (finances, législation) dont il fut plusieurs fois rapporteur - et exerça une influence personnelle non négligeable.

En 1938, Paul Jacquier vota les pleins pouvoirs au gouvernement Daladier. Le 10 juillet 1940, à Vichy il fut de ceux qui votèrent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Il présidait le Crédit Populaire de France depuis 1937 ; il était également président de la Caisse Centrale du Crédit Foncier.



Né le 26 mars 1879 à Bordeaux (Gironde)

Décédé le 3 mars 1961 à Paris

Député de la Haute-Savoie de 1909 à 1919 et de 1924 à 1935

Sénateur de la Haute-Savoie de 1935 à 1944

(voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VI, p. 2003, 2004)

Après la guerre, Paul Jacquier continue à présider le Crédit Populaire de France, charge qu'il assume depuis 1937 et qu'il conservera jusqu'en 1955. Il préside également la Caisse centrale de crédit hôtelier, commercial et industriel.

Paul Jacquier meurt à Paris le 3 mars 1961, à l'âge de 81 ans.