Robert, Joseph, Marie, Eugène Bidard de La Noé

1887 - 1967

Informations générales
  • Né le 23 décembre 1887 à Rennes (Ille-et-Vilaine - France)
  • Décédé le 29 novembre 1967 à Elven (Morbihan - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 17 juin 1951 au 1er décembre 1955
Département
Morbihan
Groupe
Centre républicain d'action paysanne et sociale et des démocrates indépendants

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 23 décembre 1887 à Rennes (Ille-et-Vilaine)
Décédé le 29 novembre 1967 à Elven (Morbihan)

Député du Morbihan de 1951 à 1955

Robert de la Noë est né le 23 décembre 1887 à Rennes. Exploitant agricole, il s'engage simultanément dans l'action politique, en accédant à la tête de la mairie d'Elven, et dans l'action syndicale, en prenant la présidence de la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles.

Robert de La Noë se présente aux élections législatives du 17 juin 1951 dans le Morbihan, à la tête d'une liste d'« Action sociale et paysanne » qui mêle MRP et Indépendants. Dans ses engagements électoraux Robert de la Noë déplore que l'état-major parisien du RPF ait refusé de donner son aval à une liste d'union entre démocrates-chrétiens, Indépendants et gaullistes, alors même que la fédération départementale du RPF s'était prononcée en ce sens. « Devant le péril communiste qui menace la France républicaine dans son indépendance et sa liberté, tous ceux qui ont le souci de la paix, de la justice et de l'ordre ont le devoir de s'unir », juge-t-il. Malgré cette relative dispersion, la liste recueille 104 874 voix sur 248 979 suffrages exprimés, soit plus de 42 % des suffrages, et emporte quatre des sept sièges à pourvoir : outre Robert de la Noë, sont élus le président du conseil général du Morbihan Paul Ihuel, l'ancien secrétaire d'Etat à l'industrie et au commerce Raymond Marcellin et le directeur de Ouest-France, Paul Hutin-Desgrées. Les autres sièges de la circonscription échoient au communiste Louis Guigen, au socialiste Jean Le Coutaller et au gaulliste Victor Golvan.

Robert de la Noë est nommé membre de la Commission de l'agriculture, de la Commission du suffrage universel, des lois constitutionnelles, du Règlement et des pétitions, et de la Commission des boissons. Siégeant parmi les Indépendants et Paysans, il est un parlementaire discret, ne déposant aucun texte, et n'intervenant pas davantage. Au cours de la législature, Robert de la Noë se prononce en faveur de l'adoption de la loi Barangé Marie sur l'école (21 septembre 1951) et pour la création de la CECA (13 décembre). Il vote la confiance à Antoine Pinay (6 mars 1952) et à Joseph Laniel (26 juin 1953), mais fait partie de la petite cinquantaine de députés qui choisissent de voter contre l'investiture de Pierre Mendès France à la Présidence du Conseil (17 juin 1954). Robert de la Noë vote contre la question préalable opposée à la discussion du projet de ratification du traité de Paris (30 août ; le vote aboutit au rejet de la CED) ; enfin il accorde son soutien à Edgar Faure lors du vote d'investiture de celui-ci à la Présidence du Conseil (23 février 1955).

Robert de la Noë choisit de ne pas solliciter le renouvellement de son mandat lors des élections législatives du 2 janvier 1956 ; il conserve toutefois son mandat de maire d'Elven ; il en est toujours le premier magistrat lorsqu'il y décède, le 29 novembre 1967.