Charles Lahousse

1909 - 1988

Informations générales
  • Né le 4 septembre 1909 à Lille (Nord - France)
  • Décédé le 26 février 1988 à Bordeaux (Gironde - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Gironde
Groupe
Communiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 4 septembre 1909 à Lille (Nord)

Décédé le 26 février 1988 à Bordeaux (Gironde)

Membre de la première Assemblée nationale constituante (Gironde)

Né à Lille le 4 septembre 1909 d'un père inconnu et d'une mère repasseuse, Charles Lahousse est adopté par la nation le 2 décembre 1925. Ayant appris le métier d'électricien et employé à Bordeaux comme aide mécanicien, il entre à 19 ans aux jeunesses communistes et entame une rapide ascension au sein du parti dirigé par Marcel Cachin. Dès 1930 il est secrétaire du rayon de Bordeaux et appartient à la deuxième cellule de la ville. Il dirige, à la même époque, la XIXe entente des jeunesses communistes, puis est nommé, en 1934, à la tête de la troisième cellule du chef lieu de Gironde. En 1935, en remplacement d'Hubert Ruffe, il devient secrétaire régional du parti en Aquitaine. Parallèlement, Charles Lahousse milite très activement sur le plan syndical et devient secrétaire général du syndicat unitaire du bâtiment de Bordeaux dès l'âge de 26 ans.

Au début de la guerre, Charles Lahousse suit les directives du parti. Il affiche une attitude neutraliste en raison du pacte de non-agression germano-soviétique. Cependant, l'attaque de l'URSS par l'Allemagne en juin 1941 le libère et lui permet d'agir. Il s'engage rapidement dans les Francs-Tireurs Partisans, où il s'illustre à plusieurs reprises, ce qui lui vaudra d'être décoré à la libération. Homme de parti et d'appareil, il connaît l'importance de la discipline dans les actions souterraines. Il va donc principalement s'attacher à la formation des FTP en créant l'école du Salou, à Fanlac en Dordogne. Il découvre aussi dans la guerre le poids de l'information et de la propagande et à la libération il prend part à la rédaction de La Gironde Populaire, journal communiste local.

Résistant reconnu, combattant communiste de tous les instants, il entre, en 1945, au Conseil municipal de Bordeaux et à la première Assemblée nationale Constituante. Il se présente à cette dernière en deuxième position sur la liste du PC conduite par Marc Dupuy. Celle-ci n'obtient que 60 075 voix sur 380 070 suffrages exprimés et n'emporte que deux des neuf sièges à pourvoir en Gironde.

Charles Lahousse, nommé membre de la Commission de l'équipement national et de la production et membre de la Commission de la presse de la radio et du cinéma, restera relativement discret durant tout son mandat. Il ressort des différents scrutins auxquels il participe au sein de l'assemblée une volonté de servir le Parti tout en exprimant une véritable volonté d'opposition au gouvernement. Un certain nombre de votes auxquels il ne participe pas semblent aussi marquer une certaine tendance à l'absentéisme. Il reste néanmoins attentif aux questions l'intéressant directement. Ainsi prend-il la parole, le 21 décembre 1945, pour défendre l'amendement de Madeleine Braun, garantissant la liberté de gestion des journaux issus de la résistance. Son discours est aussi une plaidoirie pour protéger sa Gironde Populaire des menaces d'éventuels séquestres. Toujours second sur la liste communiste en 1946, il ne sera pas réélu en raison de l'effritement de l'électorat communiste.

Il restera alors éloigné des lumières parisiennes et continuera son travail au sein de la municipalité de Bordeaux, où il siège jusqu'en 1953. Il est aussi administrateur de la sécurité sociale de cette ville durant la même période. Puis privé de ses mandats, il rejoint le sein du Parti Communiste pour y poursuivre son activité militante.

Il meurt à Bordeaux le 26 février 1988, entouré de ses anciens compagnons d'armes et de tous ses camarades communistes.

Marié à trois reprises, Charles Lahousse était père de deux filles.



Retour haut de page