Jean Lamale

1927 -

Informations générales
  • Né le 1er mai 1927 à Saulieu (Yonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 2 janvier 1956 au 30 mai 1956
Département
Yonne
Groupe
Union et fraternité française

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 1er mai 1927 à Saulieu (Côte d'Or)

Député de l'Yonne en 1956

Horloger de profession, Jean Lamale a déployé une intense activité pour développer la fédération départementale de l'Union de défense des commerçants et artisans (UDCA) dont il est devenu le président. Candidat aux élections du 2 janvier 1956, il dirige la liste d'Union et de fraternité française présentée par Pierre Poujade qui obtient 13,2 % des suffrages exprimés.

Au soir du scrutin, Jean Lamale est proclamé élu député de l'Yonne. Il est désigné comme secrétaire d'âge de la nouvelle assemblée. Mais son élection est contestée et, comme telle, examinée par le 10e bureau de l'Assemblée nationale. Le rapporteur, Pascal Arrighi, conclut à l'invalidation, le candidat n'ayant pu être élu que grâce aux voix d'un apparentement considéré comme nul avec deux autres listes (intérêts agricoles et défense des consommateurs) se réclamant également de l'UDCA. L'invalidation est prononcée le 30 mai 1956 au terme d'une séance houleuse où Jean Lamale se répand en propos peu dignes d'une enceinte parlementaire.

Second de la liste des Indépendants et paysans, Jean Chamant, député sortant et ancien secrétaire d'Etat, aurait dû normalement occuper le siège du député invalidé. Mais il donne aussitôt sa démission, provoquant une élection partielle dans le département de l'Yonne qui se déroule les 3 et 17 juillet 1956. Jean Lamale est à nouveau candidat et obtient 24 947 voix, soit 22,2 % des suffrages exprimés. Mais se trouvant dans une inconfortable troisième position, il n'affronte pas le second tour, ce qui permet à Jean Chamant d'être confortablement élu. La carrière parlementaire de Jean Lamale s'arrête là.



Retour haut de page