René de Ludre-Frolois

1864 - 1955

Informations générales
  • Né le 10 mai 1864 à Nancy (Meurthe - France)
  • Décédé le 15 mai 1955 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Orne
Groupe
Fédération républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Orne
Groupe
Entente républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Orne
Groupe
Union républicaine démocratique
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 22 avril 1928 au 1er décembre 1931
Département
Orne
Groupe
Union républicaine démocratique

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 3 mai 1931 au 31 décembre 1944

Biographies

Né le 10 mai 1864 à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Député de l'Orne de 1914 à 1931.

Sénateur de l'Orne de 1931 à 1944.

Issu d'une famille de militaires, René de Ludre-Frolois naquit à Nancy alors que son père était officier d'ordonnance du maréchal Canrobert. Fidèle à la tradition familiale, il devint officier supérieur de cavalerie.

Maire de Longny-au-Perche, puis conseiller général de l'Orne, il est élu pour la première fois député de ce département le 26 avril 1914 par 10.364 voix sur 21.383 votants au scrutin de ballottage. Le 16 novembre 1919, au scrutin de liste, il est réélu sur la liste d'union républicaine démocratique avec 40.117 voix sur 58.737 votants ; il en est de même le 11 mai 1924 où il obtint sur la liste d'union nationale républicaine démocratique 39.338 voix sur 66.116 votants. Le scrutin uninominal ayant été rétabli pour les élections de 1928, il retrouve la circonscription de Mortagne qui l'élit avec 9.783 voix contre 7.289 à Bernardi sur 19.199 votants.

Au Palais Bourbon, il faisait partie des commissions des pensions civiles et militaires et de la marine de guerre.

Grand patriote, René de Ludre-Frolois, capitaine de réserve, est immédiatement, à la déclaration de guerre, mobilisé au 32e dragons. Il se distingua particulièrement pendant toute la durée des opérations militaires.

Après la guerre, il continua à assumer les charges que lui imposait son mandat de député ; il est inscrit au groupe de l'union républicaine et démocratique et fait partie de la commission de l'armée. Ses regards se tournent alors vers le Sénat où il est élu le 3 mai 1931, au premier tour de scrutin, avec 499 voix sur 846 électeurs inscrits.

Membre de la commission des affaires étrangères et de politique générale des protectorats, ainsi que de la commission de la marine, il intervenait fort rarement en séance publique, bornant son action parlementaire aux questions écrites.

Aux élections suivantes, il est réélu le 20 octobre 1935 par 570 voix sur 849 votants. Son élection est validée à la séance du 15 janvier 1936. Il fait alors partie de la commission du commerce et de la commission des travaux publics.

Le 10 juillet 1940, il ne prend pas part au vote du projet de loi constitutionnelle.

Il était chevalier de la Légion d'honneur et décoré de la Croix de guerre.




Né le 10 mai 1864 à Nancy (Meurthe-et-Moselle)
Décédé le 15 mai 1955 à Paris (16ème)

Député de l'Orne de 1914 à 1931
Sénateur de l'Orne de 1931 à 1944

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, Tome VI, p. 2314)

René de Ludre-Frolois ne prend pas part au vote du projet de loi constitutionnelle le 10 juillet 1940.

Agé, il se retire définitivement de la vie politique et meurt le 15 mai 1955 à Paris, à l'âge de 91 ans. Il avait été promu au grade d'officier de la Légion d'honneur le 19 août 1947.

Date de mise à jour: mars 2014