Marien, dit Marius Martin

1848 - 1926

Informations générales
  • Né le 16 janvier 1848 à Charensat (Puy-de-Dôme - France)
  • Décédé le 23 janvier 1926 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 6 octobre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Seine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 16 janvier 1848 à Charensat (Puy de dôme), mort le 23 janvier 1926 à Paris (8e).

Député de la Seine de 1889 à 1893.

Ingénieur civil, administrateur délégué de la Société nationale de construction de matériels de chemins de fer et de guerre, administrateur d'importantes sociétés de forges, Marius Martin s'est initié très tôt aux questions ouvrières et sociales. Capitaine de mobiles au moment de la guerre 1870-1871, il participe à ce titre à la campagne de l'Est. Après la guerre, il devient officier dans la réserve puis dans l'armée territoriale. Il débute dans la vie politique en 1879, appelé à représenter le quartier des Champs Elysées au conseil municipal ; il est constamment réélu jusqu'en 1890. Aux élections générales législatives du 22 septembre 1889, il se présente comme candidat révisionniste bonapartiste dans le VIIIe arrondissement et obtient, au premier tour de scrutin, 3.640 voix sur 12.665 votants, contre 4.066 au député républicain sortant, Frédéric Passy, 3.621 au monarchiste Edouard Hervé et 1.239 an bonapartiste Maurice Binder.

Au scrutin de ballottage, le 6 octobre, il est élu par 6.831 voix sur 12.059 votants contre Frédéric Passy qui totalise 5.114 suffrages.

Son élection validée, il est nommé membre de la commission d'initiative et de diverses autres commissions spéciales. Au cours de la législation, il dépose deux proposition de loi, l'une relative au chemin de fer urbain parisien, l'autre à la répression des fraudes commises dans la vente des beurres et un rapport sur l'amnistie des infractions commises durant la période électorale. Il prend part à de nombreuses discussions concernant, notamment, la conservation des monuments de l'Exposition universelle de 1889, les conventions avec les compagnies de chemins de fer, le tarif des douanes, le budget des travaux publics, le recrutement de l'armée, l'organisation de la santé publique ; il interpelle le gouvernement sur les attentats commis à Paris à l'aide de cartouches de dynamite et sur la nomination d'un fonctionnaire au poste de directeur des services pénitentiaires.

Candidat aux élections législatives du 20 avril 1893 dans le IXe arrondissement (1re circonscription), il n'obtient que 777 voix sur 5.729 inscrits. Il abandonne alors toute activité politique pour se consacrer à ses entreprises de travaux métallurgiques et de construction.

Il meurt le 23 janvier 1926, à l'âge de 78 ans, en son domicile parisien, 48, rue Pierre-Charron.