Marc Mathis

1866 - 1917

Informations générales
  • Né le 22 avril 1866 à Valleroy-aux-saules (Vosges - France)
  • Décédé le 10 juin 1917 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Vosges
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Vosges
Groupe
Gauche radicale
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 10 juin 1917
Département
Vosges
Groupe
Gauche radicale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 22 avril 1866 à Valleroy-aux-Saules (Vosges), mort le 10 juin 1917 à Paris.

Député des Vosges de 1906 à 1917.

Lorsqu'il fut élu député pour la première fois aux élections législatives de 1906, Marc Mathis, licencié en droit, propriétaire agriculteur, était maire de Valleroy depuis 1894, conseiller général, président de la société agricole de l'arrondissement de Mirecourt et collaborateur de nombreuses revues et journaux agricoles. Il fut désigné comme candidat par les comités républicains de l'arrondissement de Mirecourt réunis en congrès en février 1906. C'est un républicain convaincu : « il ne faut ni réaction ni révolution » devait-il affirmer. Il développe principalement dans son programme les points concernant les travailleurs des campagnes : révision du cadastre avec redressement des cotes foncières, maintien du privilège des bouilleurs de cru, extension des syndicats agricoles et des sociétés de crédit aux cultivateurs... »

Il est élu le 6 mai, au premier tour, par 7.592 voix contre 7.240 à Léon Gautier, député sortant, sur 13.210 votants. De nouveau désigné comme candidat par le congrès républicain en 1910 (son programme est celui de la majorité républicaine incarnée par Waldeck-Rousseau), il est réélu au premier tour, le 6 avril 1910, par 8.205 voix contre 6.446 à Bouloumié sur 15.038 votants.

Il est élu pour la troisième fois le 26 avril 1914, par 7.292 voix contre 5.687 à Edouard Mathis sur 13.601 votants. Marc Mathis était inscrit au groupe de la gauche radicale.

A la Chambre, il fit partie de nombreuses commissions : réglementation des jeux, administration générale, agriculture, hygiène ; dans les travaux parlementaires, il s'intéressa particulièrement aux problèmes agricoles. Il déposa en 1907 une proposition de loi sur l'amélioration de la race chevaline et prit part à la discussion des budgets de l'agriculture.

Il fut élu questeur de la Chambre des députés le 30 mai 1913 et réélu à cette fonction tous les ans jusqu'à sa mort. Son mandat fut en effet brutalement interrompu par son décès qui survint à Paris le 10 juin 1917 alors qu'il n'était âgé que de 51 ans.

Marc Mathis était chevalier du mérite agricole.