Lucien, Henri Monjauvis

1904 - 1986

Informations générales
  • Né le 2 décembre 1904 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 15 novembre 1986 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Seine
Groupe
Communiste

Biographies

Né le 2 décembre 1904 à Paris.

Député de la Seine de 1932 à 1936.

Parisien,'Lucien Monjauvis, après avoir fréquenté l'école primaire du 13e arrondissement, devient ajusteur comme son père et milite de bonne heure dans les rangs syndicalistes ; il est rapidement membre du bureau de l'union des syndicats C.G.T. de la région parisienne.

Il est élu député communiste de la 2e circonscription du XIIIe arrondissement de Paris en 1932, au second tour, par 6.880 voix contre 5.933 à Julien Tardieu.

'Son programme de revendications immédiates comporte trois points principaux : lutte contre la misère des travailleurs, des jeunes travailleurs, des femmes et des paysans travailleurs ; contre la guerre impérialiste, pour la défense de l'U.R.S.S. et pour la paix ; enfin, contre la réaction.

Monjauvis est nommé membre de la commission de l'hygiène, de la commission du travail et de la commission de législation civile et criminelle.

Le 5 février 1932, il dépose une proposition de loi modifiant le régime des amendes et une proposition de résolution tendant à inviter le gouvernement à modifier le règlement concernant les fonds de chômage ; enfin une proposition de loi tendant à rendre obligatoire l'assurance contre les accidents aux tiers de tous les véhicules à moteur mis en circulation.

Il prend part à de nombreuses interpellations, en particulier sur les mesures que le gouvernement envisage pour remédier aux conséquences de la crise économique et du chômage dans la mesure où il affecte la classe ouvrière, sur ses intentions en ce qui concerne les menées et les agressions commises par les organisations fascistes, sur les conditions dans lesquelles ont été -entreprises les nouvelles opérations militaires dans le Sud marocain.

Au renouvellement de 1936, Lucien Monjauvis qui avait été élu conseiller municipal du 13e arrondissement pour le quartier de la Gare en avril 1935, doit abandonner à André Marty la 2e circonscription du XIIIe et se présenter dans la 1re où il est beaucoup moins connu. Il ne parvient pas à en déloger le député sortant, le journaliste Louis Gélis de l'union ouvrière, sorte de dissidence du communisme. Distancé dès le premier tour, il recueille au second 8.347 voix sur 18.698 votants contre 9.783 à Gélis.

Il se consacre désormais à l'Hôtel de ville et à son activité syndicale.




Né le 2 décembre 1904 à Paris
Décédé le 15 novembre 1986 à Paris (Vème)

Député de la Seine de 1932 à 1936

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, Tome VII, p. 2491)

Pendant l'occupation, réfugié dans la région lyonnaise, Lucien Monjavis devient responsable des services techniques du Front national pour la zone sud.

Nommé commissaire de la République de la Loire à la Libération, il conserve ce poste jusqu'en 1947.

S'il ne se représente pas aux élections qui suivent la Libération et abandonne la vie politique active, Lucien Monjauvis continue de militer au sein du Parti communiste et à la CGT.

Désigné par cette Confédération, il entre au Conseil économique en 1951 et devient membre de son Bureau.



Retour haut de page