Alexandre Papon

1821 - 1895

Informations générales
  • Né le 5 septembre 1821 à Evreux (Eure - France)
  • Décédé le 2 avril 1895 à Monaco (Monaco)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Eure
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Eure
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Eure
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Eure
Groupe
Union républicaine

Biographies

Député de 1876 à 1889, né à Evreux (Eure) le 5 septembre 1821, riche négociant en dentelles dans sa ville natale, il fit de l'opposition au pouvoir du prince Louis-Napoléon.

Déporté au 2 décembre, il rentra en France à l'amnistie de 1859, continua sa campagne d'opposition contre l'empire, et eut des démêlés célèbres avec le préfet, M. Janvier de la Motte.

Juge au tribunal de commerce, et conseiller général du canton de Nonancourt, il fut candidat malheureux à la députation aux élections du 8 février 1871 ; mais il fut élu, le 20 février 1876, député de la 2e circonscription d'Evreux, par 7,555 voix (13,270 votants, 16,738 inscrits), contre 5,512 à M. de Barrey. Il prit place à gauche et fut l'un des 363 députés qui refusèrent le vote de confiance au ministère de Broglie.

Réélu, le 14 octobre 1877, par 7,465 voix (14,257 votants, 16,815 inscrits), contre 4,039 voix à M. Ambroise Janvier et 2,669 à M. Morice-Gonord, il soutint les ministères républicains, vit son mandat renouvelé, le 21 août 1881, par 7,438 voix (13,229 votants, 16,360 inscrits), contre 5,679 à M. A. Janvier, appuya la politique scolaire et coloniale des ministres au pouvoir, soutint spécialement le ministère Gambetta, et, porté, aux élections du 4 octobre 1885, sur la liste républicaine de l'Eure, fut élu député, au second tour, le 6e et dernier, avec 5 autres élus conservateurs, par 40,544 voix (81,771 votants, 106,651 inscrits).

Il reprit sa place à gauche, soutint les ministères Rouvier et Tirard, vota l'expulsion des princes, et se prononça dans la dernière session,

- pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement,
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- pour les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- pour les poursuites contre le général Boulanger.

On a de lui : Le coup d'Etat dans le département de l'Eure.


Né le 5 septembre 1821 à Evreux (Eure), mort à Monaco, le 2 avril 1895.

Député de l'Eure de 1876 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 543).

Aux élections générales de 1889, Papon se représenta dans la 2e circonscription d'Evreux mais fut battu, avec 5.609 voix sur 13.190, par Olry, 7.215 voix.

Après cet échec il abandonna la politique.

Date de mise à jour: décembre 2017


Retour haut de page