César, Auguste, Paulin dit Paulin-Méry

1860 - 1913

Informations générales
  • Né le 14 juin 1860 à Villiers-sur-tholon (Yonne - France)
  • Décédé le 25 janvier 1913 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 6 octobre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Seine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Seine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Seine
Groupe
Défense nationale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 14 juin 1860 à Villiers-sur-Tholon (Yonne), mort le 25 janvier 1913 à Paris (6e).

Député de la Seine en 1889 et de 1890 à 1902.

Docteur en médecine, Paulin-Méry collabore à plusieurs journaux médicaux puis dirige diverses feuilles politiques de peu d'importance : Le Réveil du XIIIe arrondissement, Rive Gauche, La France révisionniste, Le Patriote de l'Yonne. Il participe à la fondation de la ligue patriote de Déroulède et en préside la section du XIIIe arrondissement.

Il prend une part très active à la fameuse campagne boulangiste de 1887-1889. en particulier contre l'élection de Jules Ferry à la Présidence de la République. Il est fondateur de la fédération républicaine révisionniste et préconise une politique d'action, comme le montre sa circulaire de 1889 : « Sus au Sénat 1 Révision, Constituante, Référendum, mandat impératif : voilà le but, voilà le salut ! »

Il est élu le 6 octobre 1889 au second tour des élections législatives, dans le XIIIe arrondissement de Paris, avec 5.806 voix contre 5.784 à Basly, républicain, député sortant. Son élection est invalidée le 16 décembre 1889 et il est réélu le 16 février 1890 par 5.707 voix contre 5.510 à Basly.

En 1893, il obtient son élection avec 6.035 voix contre 2.388 à Blatin, ancien député radical, 1.580 à Guépratte, socialiste (broussiste), 1.019 à Coutiès, radical-socialiste, 408 à Rathier, socialiste allemaniste, et 440 divers. Il est réélu le 8 mai 1898 par 8.940 voix contre 3.408 à Givort, socialiste, 1.320 à Cyvoct, socialiste, inéligible, et 802 à Schuppe, socialiste.

A partir de 1902, Paulin-Méry ne sera plus réélu. Il échoue en effet trois fois. au second tour, contre Ferdinand Buisson : en 1902, avec 7.747 voix contre 8.468 à son adversaire, en 1906, avec 7.764 voix contre 8.887, et en 1910, avec 7.378 voix contre 8.204.

Lors de son dernier mandat il appartenait au groupe nationaliste.

Il s'est particulièrement intéressé au sort des employés de chemins de fer et des soldats coloniaux ainsi qu'aux problèmes de financement des communes et départements.

Radiologue, il mourut victime de la science à d'âge de 53 ans.