Auguste Philippoteaux

1821 - 1895

Informations générales
  • Né le 17 avril 1821 à Sedan (Ardennes - France)
  • Décédé le 21 février 1895 à Sedan (Ardennes - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Ardennes
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Ardennes
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Ardennes
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Ardennes
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 3 septembre 1893 au 21 février 1895
Département
Ardennes

Fonds d'archives

Les archives d’Auguste Philippoteaux sont conservées aux Archives départementales des Ardennes sous la cote 11 J. Issu d’un don, ce fonds de 5,7 mètres linéaires est notamment composé de documents relatifs à son activité professionnelle, municipale et parlementaire. Ces documents couvrant la période 1812-1932 et décrits dans un répertoire sont librement communicables.
De plus amples renseignements sur ce fonds sont disponibles sur le site Internet desArchives départementales des Ardennes.

Biographies

Représentant en 1871, député de 1876 à 1885, né à Sedan (Ardennes) le 17 avril 1821, petit-fils de Jean-Baptiste Philippoteaux qui avait été représentant aux Cent-Jours, il étudia le droit à Paris et se fit recevoir docteur (1844).

Nommé juge suppléant au tribunal de sa ville natale, adjoint au maire (juillet 1852), maire de Sedan (1855), il se rallia en 1870 au gouvernement de la République, qui le confirma dans ses fonctions municipales, eut à faire face, en présence de l'ennemi, à une situation difficile, fut arrêté par ordre de l'autorité prussienne le 15 septembre 1870, placé comme otage sur les trains de chemin de fer, puis relâché peu après, et, le 8 février 1871, fut élu représentant des Ardennes à l'Assemblée nationale, le 4e sur 6, par 28,430 voix (57,130 votants, 90,265 inscrits).

M. Philippoteaux prit place au centre gauche, vota pour les préliminaires de paix, fut un des signataires de la proposition Rivet qui donnait pour deux ans la présidence de la République à M. Thiers, soutint la politique de cet homme d'Etat au pouvoir, réclama (18 mars 1872) l'établissement d'un impôt national de 2 1/2 pour cent sur le capital mobilier et immobilier de la France pour la libération du territoire, appuya (7 avril 1873) le vote de 120 millions d'indemnité aux départements envahis, présenta (1873) une motion qui rendait inéligible à l'Assemblée nationale les militaires en activité de service, se prononça contre la chute de Thiers au 24 mai, contre le septennat, la loi des maires, l'état de siége, le ministère de Broglie, pour l'amendement Wallon, pour l'ensemble des lois constitutionnelles. Il fit partie de la commission de permanence de 1874 à 1875.

Réélu, le 20 février 1876, député de l'arrondissement de Sedan, par 10,426 voix (13,773 votants, 17,447 inscrits), contre 3,168 à M. Prosper Henry, monarchiste, il reprit sa place au centre gauche, et déposa, lors de la discussion de la proposition d'amnistie, un amendement tendant à établir une prescription particulière de cinq ans pour crimes et délits politiques relatifs à la Commune. Il fut des 363.

Comme tel, il obtint le renouvellement de son mandat, le 14 octobre 1877, par 10,316 voix (15,557 votants, 17,602 inscrits), contre 5,188 à M. A. Robert, devint vice-président de la Chambre des députés, soutint les ministères républicains de la législature, se prononça pour le retour à Paris, pour l'invalidation de l'élection de Blanqui, appuya la politique opportuniste, et fut encore réélu député de Sedan, le 21 août 1881, par 7,768 voix (11,051 votants, 17,801 inscrits), contre 1,563 à M. Paul Dumarest. M. Philippoteaux donna son suffrage aux cabinets Gambetta et Ferry, aux crédits de l'expédition du Tonkin, et ne fut pas réélu aux élections de 1885.

Chevalier de la Légion d'honneur (1862), officier (1871), officier d'académie, chevalier de Saint-Grégoire-le-Grand.


Né le 17 avril 1821 à Sedan (Ardennes), mort le 21 février 1895 à Sedan.

Député des Ardennes de 1876 a 1885 et de 1893 à 1895. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 619.)

Il retrouve son siège de député aux élections d'août 1893, où il obtient 7.554 voix contre 6.652 à Lassalle, sur 14.421 votants et 17.775 inscrits. Il prend part à la discussion du projet tendant à réprimer les menées anarchistes (29 juillet 1894) pour donner son appui au gouvernement présidé par Charles Dupuy.

Il meurt en cours de mandat le 21 février 1895, à l'âge de 73 ans, dans sa ville natale.


Retour haut de page