Jules, Jean, Joseph Sabin

1870 - 1928

Informations générales
  • Né le 25 décembre 1870 à Gaillac (Tarn - France)
  • Décédé le 1er août 1928 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 8 mai 1910 au 31 mai 1914
Département
Tarn
Groupe
Parti socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Tarn
Groupe
Parti socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 25 décembre 1870 à Gaillac (Tarn), mort le 1er août 1928 à Paris (4e).

Député du Tarn de 1910 à 1919.

Jean Sabin, viticulteur, fut d'abord un militant socialiste de la fédération du Tarn avant d'être élu maire de Sénouillac et conseiller d'arrondissement de Gaillac.

Il fut désigné par les socialistes de la circonscription de Gaillac comme candidat aux élections législatives de 1910. Il fut élu au second tour avec 6.963 voix sur 15.596 votants contre 4.776 à M. Favarel. De nouveau candidat en 1914 il fut réélu au second tour avec 8.121 voix sur 14.842 votants contre 6.312 à M. Marchandeau. Mais il ne se représenta pas en 1919 parce que le Congrès du parti socialiste réuni à Albi, le 14 octobre 1919, l'écarta de la liste de ses candidats.

A la Chambre des députés, Sabin fut membre du groupe socialiste. Mais son rôle politique outre qu'il fut relativement effacé semble avoir été quelque peu empreint de démagogie. En huit années de mandat il dépose trois projets de loi tendant tous à ouvrir des crédits d'un montant variable en faveur des agriculteurs et viticulteurs de sa circonscription victimes des intempéries, de l'eudémis, de la cochylis et du mildiou. Il s'intéressa en outre aux questions relatives au service militaire et prit part aux discussions concernant le recensement de la classe 1920 et le fonctionnement de la démobilisation.

Il ne se représenta plus et abandonna la vie politique.

Il mourut subitement à Paris, le 1er août 1928 à l'âge de 58 ans.