Anne-Marie Schell

1912 - 1975

Informations générales
  • Né le 19 octobre 1912 à Moyeuvre-grande (Moselle - France)
  • Décédé le 1er octobre 1975 à Metz (Moselle - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Quatrième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 30 janvier 1947 au 4 juillet 1951
Département
Moselle
Groupe
Communiste

Biographies

Biographie de la IVe République

SCHELL (Anna, née Anne ENTZMANN)
Née le 19 octobre 1912 à Moyeuvre-Grande (Moselle)
Décédée le 1er octobre 1975 à Metz (Moselle)

Députée de la Moselle de 1947 à 1951

Anne Entzmann est née le 19 octobre 1912 à Moyeuvre-Grande (Moselle). En 1933, elle a épousé Jacques Schell, dont elle divorce en juin 1947, avant d’épouser Ernest Clerc en novembre 1951.
Ouvrière, elle adhère au Parti communiste français (PCF) en 1940, en Lorraine annexée qu’elle quitte bientôt, alors qu’elle est recherchée par la Gestapo. Elle continue de militer pour le parti communiste. A la Libération, elle devient une des principales responsables communistes de la Moselle : maire, puis conseillère municipale de Moyeuvre-Grande de la Libération à 1947, elle appartient au bureau fédéral du PCF. Le parti la présente systématiquement aux élections générales, toujours à la deuxième place, derrière Pierre Muller, le principal dirigeant communiste mosellan. C’est du reste la démission de ce dernier, élu au Conseil de la République, qui permet à Anna Schell de devenir députée, le 30 janvier 1947. En 1951, elle se présente à nouveau aux élections législatives, toujours en deuxième position derrière Pierre Muller, mais le mauvais score enregistré par le PCF (16,3% des suffrages exprimés) ne permet pas sa réélection. Elle ne sera plus candidate aux élections législatives et tentera, sans succès, d’être élue au Sénat en 1959.
Pendant son mandat à l’Assemblée nationale, Anna Schell appartient à la commission de la production industrielle (1947-1951), à la commission de la justice et de la législation (1948-1951) et à celle des pensions (1947-1948). Son activité parlementaire est particulièrement intense. Elle dépose dix-neuf textes de loi, soit dix propositions de loi, six propositions de résolution et trois rapports. Les centres d’intérêt de ses initiatives sont essentiellement sociaux : aide aux assurés sociaux (19 juin 1947) ; mise en place de « coupons d’achat » pour améliorer le pouvoir d’achat de la population (31 juillet 1947, deux rapports) ; distribution gratuite de charbon (15 janvier 1948) ; aides diverses apportées aux chômeurs (6 février 1948) ; indemnisation et aide à certains fonctionnaires (8 avril et 4 novembre 1949) ; extension du bénéfice de l’allocation maternité (16 juin 1949) ; remboursement des pertes de salaires subies des travailleurs de la mine de Sainte-Fontaine (10 juillet 1949). Elle s’intéresse aussi aux rapports entre bailleurs et locataires, dans une proposition de loi déposée le 29 juillet 1949.
Anne Schell intervient fréquemment en séance publique, à quarante-et-une reprises précisément. Il est souvent question, dans ses propos, des problèmes frontaliers de son département d’élection – la Moselle – et de la législation qui y est appliquée. Elle prend la parole pour souligner les difficultés administratives rencontrées dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, le 10 juin 1947, comme pour souhaiter l’indemnisation des fonctionnaires de ces départements, le 11 juillet suivant. Elle renouvelle ses propos, le 26 décembre de la même année. L’élue mosellane souhaite, à plusieurs reprises, que le gouvernement vienne en aide aux victimes des inondations de l’Est (30 décembre 1947 ; 16 et 18 mars 1948). Sa détermination est entière sur les questions de logement. Elle dépose deux amendements au projet de loi relatif aux loyers, le 25 août 1948. Elle souhaite notamment accorder un sursis aux travailleurs quittant leur logement, à la suite de la rupture de leur contrat de travail. Elle démontre à nouveau sa détermination, à l’occasion de la discussion du projet de loi relatif à la construction de logements à Strasbourg, le 20 janvier 1950. A cette occasion, elle souhaite réserver en priorité les nouveaux logements aux rapatriés de Kehl. Elle est présente également lors de la discussion du projet de loi portant amnistie relative aux faits de collaboration, le 16 novembre 1950. Elle reste vigilante en face du plan Schuman appliqué à l’industrie mosellane, en interpellant le gouvernement, le 12 mai 1951.
La carrière parlementaire d’Anna Schell prend fin en 1951. Elle disparaît le 1er octobre 1975.

Retour haut de page