Henri, Charles, Louis Ricard

1849 - 1910

Informations générales
  • Né le 26 août 1849 à Cézy (Yonne - France)
  • Décédé le 21 mars 1910 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 31 mai 1891 au 14 octobre 1893
Département
Côte-d'Or
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Côte-d'Or
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Côte-d'Or

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1903 au 1er janvier 1910

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 26 août 1849 à Cézy (Yonne), mort le 21 mars 1910 à Paris.

Député de la Côte D’Or de 1891 à 1902.

Sénateur de la Côte D’Or de 1903 à 1910.

Interne des hôpitaux, puis médecin à Beaune, Henri Ricard était de ces praticiens qui, n'ayant jamais rencontré l'âme sous leur scalpel, faisaient du radicalisme militant une opinion philosophique plus encore que politique. Conseiller municipal de Beaune pendant douze ans, il fut élu député de la 1re circonscription de la ville, en remplacement de Victor Prost, le 31 mai 1891, par 5.850 voix contre 5.067 à Bouhey-Allex, sur 10.331 suffrages exprimés. Il est réélu le 20 août 1893 par 6.852 voix sur 13.257 votants contre 5.749 au même concurrent. Le 4 mai 1898, il bat encore Bouhey-Allex par 7.778 voix à 4.186, cependant que Guerrier en recueille 2.238 sur un total de 14.801. En juillet de la même année, il obtient 72 voix pour la vice-présidence de la Chambre mais, par discipline, retire sa candidature. En 1902, il est battu : au premier tour, le 27 avril, il n'a que 3.697 voix derrière 4.098 à Guerrier et 6.497 à Camuzet, et se retire.

Il avait fourni à la Chambre un travail considérable dans ses domaines de prédilection : hygiène, agriculteur, diététique, enseignement. Il parle sur les vins, les mélasses, la bergerie de Rambouillet, etc... De 1899 à 1902, il est rapporteur du budget de l'Agriculture. Mais il ne se relâche pas pour autant de sa vigilance républicaine. Le 23 avril 1896, il dépose un projet de résolution en faveur du gouvernement Bourgeois mis en minorité au Sénat et, le 30, il interpelle le gouvernement Méline, qu'il juge trop sénatorial et trop à droite ; il est battu sur son ordre du jour. Le 14 juin 1898, il tente encore vainement de peser sur la politique de Méline par des propositions d'ordre du jour « exclusivement républicaines ».

Après son échec de 1902 à la Chambre, il se tourne vers le Sénat où il est élu le 4 janvier 1903 par 535 voix sur 1.025 votants, derrière Hugot, 749 voix et Piot, 743. Il y participa principalement aux discussions sur la répression des fraudes dans les denrées alimentaires.

Il mourut à Paris le 21 mars 1910 à l'âge de 61 ans.