Joseph, Nelson Soye

1824 - 1882

Informations générales
  • Né le 3 mars 1824 à Eauze (Gers - France)
  • Décédé le 4 octobre 1882 à Bossus-lès-rumigny (Ardennes - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Aisne
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Aisne
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 7 avril 1878 au 14 octobre 1881
Département
Aisne
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 4 octobre 1882
Département
Aisne
Groupe
Gauche républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, député de 1876 à 1877 et de 1878 à 1882, né à Eauze (Gers) le 3 mars 1824, mort à Bossus-lès-Rumigny (Ardennes) le 4 octobre 1882, il fut reçu docteur médecin en 1851, et exerça à Aubenton (Aisne).

Chef de l'opposition républicaine sous l'empire, il fut élu, le 8 février 1871, représentant de l'Aisne à l'Assemblée nationale, le 9e sur 11, par 41,945 voix (87,823 votants, 157,845 inscrits), se fit inscrire à gauche et au centre gauche, protesta vivement contre les tentatives de restauration monarchique (1873), fut un des instigateurs de la motion de ne pas accepter la démission de Thiers (24 mai 1873), et vota:

- pour la paix,
- contre l'abrogation des lois d'exil,
- contre la pétition des évêques,
- contre la démission de Thiers,
- contre le septennat,
- contre le ministère de Broglie,
- pour l'amendement Wallon
- et pour les lois constitutionnelles.

Conseiller général du canton d'Aubenton (8 octobre 1871), il fut réélu, le 10 février 1876, député de la 1re circonscription de Vervins, par 8,361 voix (9,578 votants, 16,670 inscrits), reprit sa place à gauche, et fut des 363.

Les élections du 14 octobre 1877, qui suivirent la dissolution de la Chambre par le cabinet du 16 mai, ne lui furent pas favorables : il échoua avec 6,926 voix, contre 7,480 à M. Godelle, conservateur ; mais, cette élection ayant été invalidée, M. Soye regagna son siège, le 7 avril 1878, par 7,738 voix (15,196 votants, 17,283 inscrits), contre 7,377 à M. Godelle, député sortant.

Réélu encore, le 21 août 1881, par 8,414 voix (10,350 votants, 16,912 inscrits), il continua de siéger à gauche et de voter avec la majorité opportuniste, et mourut à l'ouverture de la seconde session de la législature.

Retour haut de page