Jules, Ernest Thorel

1842 - 1906

Informations générales
  • Né le 9 septembre 1842 à Louviers (Eure - France)
  • Décédé le 22 octobre 1906 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 14 octobre 1893
Département
Eure
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Eure
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 19 janvier 1899
Département
Eure

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1898 au 1er janvier 1906

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 9 septembre 1842 à Louviers (Eure), mort le 22 octobre 1906 à Paris.

Député de l'Eure de 1889 à 1898.

Sénateur de l'Eure de 1898 à 1906.

Fils d'un modeste fabricant de vannerie, il succède à son père à la tête de l'entreprise familiale. En 1870, il prend part à plusieurs combats importants. En 1871, il crée à Louviers un comité républicain démocratique: Convaincu que la Patrie ne pouvait être relevée de ses désastres que par un grand effort républicain de liberté et d'instruction, il fonde de nombreuses œuvres locales animées de cet esprit, toujours soutenu par la confiance et l'estime de ses concitoyens qui le portèrent successivement et sans interruption à tous les postes électifs dont ils disposaient : conseiller municipal en 1874, conseiller d'arrondissement en 1883, maire en 1887, conseiller général en 1889. Ernest Thorel est élu député cette même année par 7.381 voix sur 14.488 votants contre 6.866 à Sevaistre, conservateur. Il est réélu en 1893 sans concurrent par 8.474 voix sur 10.899 votants et en 1898 par 7.549 voix sur 13.156 votants contre 4.974 à différents candidats.

Au Palais Bourbon, Ernest Thorel se préoccupe surtout de la protection des intérêts commerciaux et agricoles. Il est l'auteur, en 1894, du rapport concluant à la création d'un ministère des Colonies. Il est élu sénateur de l'Eure le 18 décembre 1898 en remplacement de Gundey, décédé, par 677 voix contre 356 à Ducy, radical. Dans son programme, il se déclare nettement protectionniste et opposé à l'impôt global et progressif sur le revenu.

Il est réélu le 4 janvier 1903, en troisième position, par 735 voix sur 1.021 votants et meurt en cours de mandat le 22 octobre 1906.