Edmond Tiersot

1822 - 1883

Informations générales
  • Né le 29 août 1822 à Bourg-en-bresse (Ain - France)
  • Décédé le 21 janvier 1883 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 2 juillet 1871 au 7 mars 1876
Département
Ain
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Ain
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Ain
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 4 septembre 1881 au 21 janvier 1883
Département
Ain
Groupe
Union républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, député de 1876 à 1883, né à Bourg (Ain) le 29 août 1822, mort à Paris le 21 janvier 1883, il étudia la médecine à Paris, fut reçu docteur en 1850 et se fixa comme médecin à Bourg. Il fit de l'opposition à l'empire et fut nommé adjoint au maire, au 4 septembre 1870.

Candidat à la députation dans l'Ain, le 8 février 1871, il échoua avec 15,253 voix, sur 71,803 votants ; mais il fut élu, le 2 juillet 1871, en remplacement de M. Tendret démissionnaire et de M. J. Favre qui avait opté pour le Rhône, le 2e et dernier, par 26,610 voix (60,215 votants, 106,191 inscrits). Il prit place à l'Union républicaine, et vota:

- contre la pétition des évêques,
- pour le service de trois ans,
- contre la démission de Thiers,
- contre le septennat,
- contre le ministère de Broglie,
- pour l'amendement Wallon,
- pour les lois constitutionnelles.

Réélu, le 20 février 1876, député de la 1re circonscription de Bourg, par 8,826 voix (11,394 votants, 16,421 inscrits), contre 2,235 à M. Cancalon, il reprit sa place à l'Union républicaine, dont il devint le trésorier, et fut l'un des 363 députés qui, au 16 mai, refusèrent le vote de confiance au ministère de Broglie.

Réélu comme tel, le 14 octobre 1877, par 9,178 voix (11,210 votants, 16,617 inscrits), contre 1,537 à M. Le Hon et, le 4 septembre 1881, au second tour, par 8,248 voix (11,586 votants, 17,036 inscrits), contre 3,145 à M. Tissot, il continua de soutenir la politique scolaire et coloniale de la majorité républicaine, mourut au cours de la législature, et fut remplacé, le 15 avril suivant, par M. Pochon.