César, Joseph Trouin

1866 - 1919

Informations générales
  • Né le 15 novembre 1866 à Oran (Algérie)
  • Décédé le 31 juillet 1919 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1902 au 31 mai 1906
Département
Anciens départements d'Algérie
Groupe
Radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Anciens départements d'Algérie
Groupe
Gauche radicale-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 24 avril 1910 au 31 mai 1914
Département
Anciens départements d'Algérie
Groupe
Républicains radicaux-socialistes
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 26 avril 1914 au 31 juillet 1919
Département
Anciens départements d'Algérie
Groupe
Parti républicain radical et radical socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 13 novembre 1866 à Oran (Algérie), mort le 31 juillet 1919 à Paris (8e).

Député d'Oran de 1902 à 1919.

Né en Algérie, César Trouin, après avoir été instituteur, abandonne l'enseignement pour se consacrer à sa propriété viticole et au négoce des vins.

Conseiller général, il se présente pour la première fois à la députation en 1902 dans la 1re circonscription d'Oran. Elu de justesse (au deuxième tour, par 5.790 voix contre 5.485 à Gieure, sur 11.458 votants et 15.317 inscrits) au siège de Firmin Faure qui se présente dans la Seine à Saint-Denis, il acquiert rapidement la confiance de ses électeurs qui lui confirment à une large majorité son mandat, successivement aux élections législatives de 1906 (au premier tour, par 9.548 voix sur 11.349 votants et 17.378 inscrits), 1910 (au premier tour, par 8.048 voix sur 13.582 votants et 19.312 inscrits) et 1914 (au premier tour, par 7.271 voix sur 14.259 votants et 21.233 inscrits).

Radical-socialiste, républicain convaincu, César Trouin fait partie à la Chambre des députés, de la commission des affaires extérieures et des colonies, de la commission de la marine marchande et de la marine de guerre.

Sans cesse il affirme sa foi dans la République mais avec un anticléricalisme nuancé, et soutient la politique des blocs.

A la Chambre il vote bien évidemment la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat puis apporte son appui aux réformes de l'enseignement public et aux réformes fiscales.

Il est le défenseur des colons algériens et intervient pour protéger les intérêts du commerce et de la viticulture et notamment pour préserver le régime commercial et maritime de l'Algérie.

Parmi ses autres interpellations, les plus marquantes ont trait à la contribution de l'Algérie aux dépenses militaires, au développement des chemins de fer algériens, aux tarifs douaniers, aux inscrits maritimes, à la réforme des conseils de guerre, enfin à la politique marocaine du gouvernement contre laquelle il proteste.

A la fin de son quatrième mandat, César Trouin, apprécié pour sa cordialité, sa bonhommie, son ardeur méridionale doublée de truculence, meurt le 31 juillet 1919 à Paris (8e).