Jules, Marie, François Bouvattier

1843 - 1917

Informations générales
  • Né le 9 septembre 1843 à Avranches (Manche - France)
  • Décédé le 18 novembre 1917 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 26 mars 1878
Département
Manche
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Manche
Groupe
Union des Droites

Biographies

Fils de Jules François Bouvattier qui avait été représentant en 1849, député en 1877 et de 1885 à 1889, né à Avranches le 9 septembre 1843, il étudia le droit, s'inscrivit comme avocat au barreau d'Avranches en 1867, fut nommé en 1873 sous-préfet de Sarlat, remplit ensuite les mêmes fonctions à Redon (1876), et à Marmande (1877), et quitta enfin l'administration pour entrer au Parlement.
Après avoir vainement tenté, aux élections du 20 février 1876, de se faire élire député de la circonscription d'Avranches (il obtint alors 4,446 voix contre 5,432 accordées à l'élu républicain, M. Morel), il réussit, le 14 octobre 1877, à l'emporter avec 5,503 voix (10,593 votants, 12.096 inscrits), sur MM. Morel, député sortant, 3,256 voix, et Sébline, 1,793.

Mais son élection fut invalidée dans la séance du 26 mars 1878, sur les conclusions de M. Boissy d'Anglas, rapporteur, par 276 voix coutre 173, et les électeurs, convoqués à nouveau le 5 mai 1878, élurent M. Morel à la place de M. Bouvattier, qui reprit sa place au barreau d'Avranches et devint bâtonnier de l'ordre.

Aux élections du 4 octobre 1885, il fut porté sur la liste conservatrice dans le département de la Manche, et fut élu, le 5e sur 8, par 57,581 voix (109, 795 votants, 139, 724 inscrits); il alla siéger à droite, et vota :

- pour le maintien de l'ambassade du Vatican,
- contre le projet de loi interdisant le territoire de la République aux membres des familles ayant régné sur la France,
- contre le projet de loi sur l'enseignement primaire,
- contre la suppression des sous-préfets.

Dans la dernière session, M. Bouvattier s'est prononcé:

- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution (14 février),
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes (14 mars),
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse (2 avril),
- contre les poursuites contre le général Boulanger (4 avril).


Né le 9 septembre 1843 à Avranches (Manche), mort le 18 novembre 1917 à Paris.

Député de la Manche de 1877 à 1878 et de 1885 à 1889.

Il fut battu aux élections générales de 1889, obtenant 9.386 voix contre 10.824 à M. Riotteau qui lui succéda.

Il s'adonna alors au journalisme, et sous le pseudonyme de Saint-Julien publia chaque jour un article politique dans Le Peuple français.

Il entra ensuite à La Croix dont il devint le rédacteur en chef en 1900 en remplacement du Père Vincent-de-Paul Bailly. Il signait J.B. Il démissionna au début de l'année 1917, quelques mois avant sa mort qui devait survenir à Paris le 18 novembre suivant à 74 ans.