Georges, Jules, Louis Brame

1839 - 1888

Informations générales
  • Né le 16 août 1839 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 4 février 1888 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Nord
Groupe
Appel au peuple
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Nord
Groupe
Appel au peuple
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Nord
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 4 février 1888
Département
Nord
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Fils de Jules Louis Joseph Brame (1808-1878), député au Corps législatif de 1857 à 1870, Georges Jules Louis Brame, député de 1876 à 1888, né à Paris, le 16 août 1839, mort à Paris, le 4 février 1888, fut, sous l'Empire, auditeur au Conseil d'Etat. Capitaine de mobilisés pendant la guerre et décoré de la Légion d'honneur, il dut en grande partie à l'influence de son père son élection comme député dans la 5e circonscription de Lille, le 20 février 1876, par 11 168 voix (17 648 votants et 21 627 inscrits), contre 6 294 a M. Desmazières. Il siégea, à droite, vota :
- contre l'amnistie,
- contre les projets de loi nouveaux sur la collation des grades et l'élection des maires,
- contre l'ordre du jour du 4 mai 1877 visant les « menées ultramontaines ».

Il soutint, contre les 363, le gouvernement du Seize mai.

La Chambre dissoute, il fut réélu le 14 octobre 1877, par 11 314 voix (18 985 votants, 22 125 inscrits) contre 7 345 à M. Coget, reprit sa place dans la minorité monarchiste, et opina contre tous les actes et projets du gouvernement républicain. Il repoussa l'ordre du jour du 20 janvier 1879 favorable au ministère Dufaure, vota au Congrès contre l'élection de M. Grévy à la présidence de la République, contre l'amnistie, contre l'article 7, contre l'application des lois existantes aux congrégations non autorisées et contre le divorce. M. Brame fils était inscrit au groupe de l'appel au peuple : il en fit encore partie dans les législatures suivantes.

Réélu le 21 août 1881, par 9 853 voix (18 844 votants, 22 850 inscrits) contre 8 802 à M. Bourgeois, il vota contre le ministère Ferry, contre les crédits du Tonkin, pour le maintien de l'ambassadeur auprès du pape, etc.

Inscrit sur la liste conservatrice du Nord le 4 octobre 1885, il fut élu, le 5e sur 20, par 162 435 voix (292 696 votants, 348 224 inscrits). Jusqu'à l'époque de sa mort, survenue pendant la session, il s'associa à tous les votes de la droite contre les ministères Freycinet et Goblet.


Retour haut de page