Auguste, Bertrand, François, Joseph, Marie, Désiré Dufour

1824 - 1897

Informations générales
  • Né le 3 avril 1824 à Souillac (Lot - France)
  • Décédé le 10 novembre 1897 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Lot
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Lot
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 4 septembre 1881 au 14 octobre 1885
Département
Lot
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 18 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Lot
Groupe
Union des Droites

Biographies

Député depuis 1876, né à Souillac (Lot) le 3 avril 1824, il est le fils du baron Dufour, général du Premier Empire et député en 1830, le petit-fils du général baron Ambert, et le neveu du général baron Ambert, conseiller d'Etat sous le second empire.

Propriétaire du château de Lanzac, maire de sa commune, conseiller d'arrondissement, puis conseiller général du canton de Souillac, il se porta candidat au Corps législatif, le 24 mai 1869, dans la 2e circonscription du Lot, où il échoua avec 3 047 voix contre 23 470 données au député sortant, M. Deltheil, et 10 517 à M. Calmon.

Le 20 février 1876, il fut élu comme candidat bonapartiste, dans l'arrondissement de Gourdon, par 13 091 voix sur 21 239 votants et 24 390 inscrits, contre 8 057 voix à M. de Verninhac. Il prit place dans le groupe de l'Appel au peuple, déposa une demanda de poursuites contre les auteurs de la révolution du 4 septembre, et soutint le ministère du 16 mai, dont il fut le candidat, après la dissolution de la Chambre, aux élections du 14 octobre 1877.

Il fut réélu en 1877 par 11 660 voix sur 21 029 votants et 24 344 inscrits, contre 8 170 voix à M. de Verninhac et 1 175 à M. de Gozon. Il reprit sa place à droite, dans le groupe bonapartiste, vota contre les ministères républicains qui se succédèrent.

Il fut successivement réélu :
- le 21 août 1881, par 8 813 voix sur 21 251 votants et 24 801 inscrits, contre 6 280 voix à M. Robert Calmon, et 6 084 à M. de Verninhac,
- et, le 4 octobre 1835, le 3e sur 4 de la liste conservatrice du Lot (au 2e tour de scrutin), par 39 076 voix sur 72 290 votants et 85 762 inscrits.

En janvier 1886, il interpella le ministre de l'intérieur sur la pression électorale dont le gouvernement avait usé dans le Lot.
Dans la dernière session il s'est prononcé :
- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement,
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.

Date de mise à jour: novembre 2017


Né le 3 avril 1824 à Lanzac (Lot), mort à Paris le 10 novembre 1897.

Député du Lot de 1876 à 1889.


(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 460.)

De nouveau candidat dans le canton de Gourdon lors des élections générales du 22 septembre 1889, François Dufour fut battu dès le premier tour de scrutin, n'obtenant que 9.742 voix contre 11.035 à son concurrent Lachièze, sur 20.949 votants. Il ne se présenta plus aux élections.

Date de mise à jour: novembre 2017