Jules, Hippolyte, Joseph Hermary

1834 - 1914

Informations générales
  • Né le 14 décembre 1834 à Barlin (Pas-de-Calais - France)
  • Décédé le 2 août 1914 à Barlin (Pas-de-Calais - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Pas-de-Calais
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Pas-de-Calais
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Pas-de-Calais
Groupe
Union des Droites

Biographies

Député de 1876 à 1881, et de 1885 à 1889, né à Barlin (Pas-de-Calais) le 14 décembre 1834, il fut élève de l'Ecole centrale des arts et manufactures, en sortit avec un diplôme d'ingénieur civil et s'établit brasseur-distillateur dans sa ville natale.

Maire de Barlin, membre du conseil général du Pas-de-Calais pour le canton de Houdain, il fut le candidat des conservateurs aux élections législatives du 20 février 1876, dans la 1re circonscription de Béthune ; élu député par 9 669 voix (17 663 votants, 22 557 inscrits), contre 7 816 voix à M. Fanien, républicain, il siégea à droite, et soutint, avec la minorité, le cabinet Fourtou-de Broglie.

Après la dissolution de la Chambre, ce cabinet patronna sa candidature et la fit triompher, le 14 octobre 1877, par 11 294 voix (20 085 votants, 23 526 inscrits), contre 8 730 voix à M. Fanien. M. Hermary reprit sa place dans la minorité conservatrice et monarchiste, avec laquelle il se prononça :
- contre les invalidations des députés de la droite,
- contre le ministère Dufaure,
- contre l'article 7,
- contre l'amnistie, etc.

Aux élections du 21 août 1881, il échoua dans la même circonscription avec 9 073 voix, contre son ancien concurrent, M. Fanien, qui fut élu par 10 915 suffrages.

Il reparut à la Chambre, élu, le 2e sur 12 de la liste conservatrice du Pas-de-Calais, le 4 octobre 1885, par 102 249 voix (180 439 votants, 216 227 inscrits). Il opina comme précédemment, dans le sens conservateur :
- contre les divers ministères de la législature,
et, en dernier lieu :
- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.

Né le 14 décembre 1834 à Barlin (Pas-de-Calais), mort le 2 août 1914 à Barlin.

Député du Pas-de-Calais de 1876 à 1881 et de 1885 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. III, p. 345.)

Le 22 septembre 1889, Hermary ne put triompher de son ancien antagoniste Achille Fanien qui le battit nettement avec 7.090 voix sur 12.966 votants, ne lui en laissant que 5.751.

Il abandonna désormais la politique sur le plan national pour se consacrer à la mairie de Barlin (qu'il ne quitta qu'au bout de 40 ans de mandat le 15 mai 1904), au conseil d'arrondissement de Béthune et au Conseil général du Pas-de-Calais.

En outre, ses recherches géologiques l'amenèrent à créer en 1900 la Société des mines de houille de la Clarence, à Divion (Pas-de-Calais). Il contribua aussi à l'extension des mines de Nœux sur le territoire de Barlin, développant largement la prospérité de sa commune.

Non moins passionné d'agriculture, longtemps secrétaire du comice agricole de Béthune, il appartint à la Société des agriculteurs de France.

Il mourut à 80 ans, à Barlin, la veille de la déclaration de guerre de 1914, le 2 août.


Retour haut de page