Jean-Baptiste, Ernest Lalanne

1827 - 1884

Informations générales
  • Né le 2 octobre 1827 à Coutras (Gironde - France)
  • Décédé le 22 avril 1884 à Coutras (Gironde - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Gironde
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Gironde
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 22 avril 1884
Département
Gironde
Groupe
Gauche républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1876 à 1884, né à Coutras (Gironde) le 2 octobre 1827, mort à Coutras le 22 avril 1884, il étudia la médecine, se fit recevoir docteur (1852), et vint exercer sa profession dans sa ville natale.

Il appartint, sous l'Empire, à l'opposition républicaine, combattit les candidatures officielles, et fut élu en 1867 conseiller général de la Gironde contre M. Alphand, ingénieur, patronné par l'administration. Maire de Coutras après le 4 septembre, il fut révoqué de ces fonctions en 1874 par le ministère de Broglie.

Aux élections du 20 février 1876, M. Lalanne fut élu député par la 2e circonscription de Libourne, avec 7,675 voix (14,163 votants, 18,212 inscrits), contre 6,466 à M. Dufoussat, monarchiste. Membre du groupe de la gauche républicaine, il fut des 363. S'étant représenté devant ses électeurs après la dissolution de la Chambre, il eut à lutter contre le duc Decazes, alors ministre des Affaires étrangères.

Réélu, le 18 octobre 1877, par 7,704 voix (15,069 votants, 18,630 inscrits), contre 7,221 données à son concurrent officiel, il reprit son siège sur les bancs de la gauche, et vota:

- contre le ministère Rochebouet,
- pour les invalidations des députés de la droite,
- pour l'article 7,
- pour l'invalidation de l'élection Blanqui, etc.

Il obtint encore sa réélection, le 21 août 1881, par 8,125 voix (12,779 votants et 18,379 inscrits) contre 4,475 à M. Howyn de Tranchère, soutint la politique opportuniste des ministères Gambetta et Ferry, se prononça pour les crédits de l'expédition du Tonkin, et mourut pendant la législature.

Retour haut de page