Jean, Eugène Billy

1830 - 1878

Informations générales
  • Né le 30 mars 1830 à Metz (Moselle - France)
  • Décédé le 20 novembre 1878 à Spincourt (Meuse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Meuse
Groupe
Union des gauches
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Meuse
Groupe
Union des gauches
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 mai 1878 au 20 novembre 1878
Département
Meuse
Groupe
Union des gauches

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant à l'Assemblée nationale de 1871, et député de 1876 à 1878, né à Metz (Moselle), le 30 mars 1820, mort à Spincourt (Meuse) le 20 novembre 1878, il se destina d'abord au notariat; ses études de droit terminées, ils s'inscrivit au barreau de Metz. Nommé conseiller de préfecture de la Moselle en 1848, il fut révoqué en 1849, puis, après le coup d'Etat de décembre, frappé comme républicain, par une décision des commissions mixtes, et interné à Spincourt. Il quitta alors le barreau pour s'adonner à l'agriculture. En 1867, malgré les efforts de l'administration pour faire échouer sa candidature, il réussit à devenir conseiller d'arrondissement, et fit dans sa région une opposition constante au gouvernement impérial.

Candidat indépendant, le 24 mai 1869, au Corps législatif, il réunit dans la 3e circonscription de la Meuse, 4 193 voix ; le candidat officiel et député sortant, M. Chadenet, fut élu avec 17 063 voix. M. Billy protesta en 1870 contre le plébiscite. Après la guerre franco-allemande, il sollicita avec succès les suffrages des électeurs de la Meuse, et fut élu, le 8 février 1871, représentant de ce département à l'Assemblée nationale, le 3e sur 6, par 21 309 voix (40 190 votants, 89 314 inscrits).

Messin d'origine, M. Billy s'unit à ses collègues d'Alsace et de Lorraine dans leur protestation contre toute cession de territoire, et fut l'auteur d'un projet de loi tendant à conserver le nom de département de la Moselle aux parties de ce département restées françaises. Inscrit à la gauche de l'Assemblée, il vota, avec les républicains :
- pour le retour de l'Assemblée à Paris,
- pour la dissolution,
- pour l'amendement Wallon,
- pour les lois constitutionnelles,
- contre la paix,
- contre l'abrogation des lois d'exil,
- contre le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- contre le 24 mai,
- contre le septennat,
- contre la loi des maires
- et contre le ministère de Broglie.

Réélu, le 20 février 1876, député de l'arrondissement de Montmédy, par 7 673 voix sur 13 659 votants et 16 928 inscrits, contre 5 716 à M. Péchenard, il fit partie de la majorité de la Chambre nouvelle, et s'associa au vote des 363 contre le ministère du Seize-Mai.

Il échoua d'abord aux élections d'octobre 1877 : son concurrent, officiellement soutenu par le gouvernement, M. d'Egremont, l'emporta avec 7,702 voix ; il en avait obtenu lui-même 7 057. Mais cette élection ayant été comprise dans les invalidations prononcées par la Chambre, la candidature de M. Billy, posée de nouveau le 5 mai 1878, triompha avec 8 436 voix contre 6 274 à M. d'Egremont (14 782 votants et 17 239 inscrits.)

M. Billy mourut quelques mois après.

Il était conseiller général de la Meuse pour le canton de Spincourt.


Retour haut de page