Jean, Joseph, Dominique, Hermaud Sarrette

1822 - 1909

Informations générales
  • Né le 18 octobre 1822 à Lacaussade (Lot-et-Garonne - France)
  • Décédé le 4 mars 1909 à Lacaussade (Lot-et-Garonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Appel au peuple
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Appel au peuple
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 28 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Appel au peuple
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Appel au peuple
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Lot-et-Garonne
Groupe
Union des Droites

Biographies

Représentant en 1871, député de 1876 à 1889, né à Lacaussade (Lot-et-Garonne) le 18 octobre 1822, riche propriétaire, il s'engagea, lors de la guerre de 1870, comme simple volontaire dans le bataillon de mobiles où son fils était officier.

Elu, le 8 février 1871, représentant du Lot-et-Garonne à l'Assemblée nationale, le 4e sur 6, par 55,825 voix (76,859 votants, 103,962 incrits), il s'assit au groupe de l'Appel au peuple, prit part à la discussion de la loi sur le recrutement, et vota:

- pour la paix,
- pour la pétition des évêques,
- pour la démission de Thiers,
- pour le septennat,
- pour le ministère de Broglie,
- pour la dissolution,
- contre l'amendement Wallon,
- contre les lois constitutionnelles.

Conseiller général du canton de Montflanquin du 8 octobre 1871, il fut réélu, le 20 février 1876, député de l'arrondissement de Villeneuve-d'Agen, par 14,119 voix (23,264 votants, 27,050 inscrits), contre 8,929 à. M. de Langsdorff, légitimiste. Il reprit sa place au groupe de l'Appel au peuple et fut l'un des 158 députés qui, au 16 mai 1877, soutinrent le ministère de Broglie contre les 363.

Réélu, le 14 octobre 1877, par 13,667 voix (24,185 votants, 28,393 inscrits), contre 10,357 à M. Gay, républicain, et le 21 août 1881, par 12,433 voix (23,582 votants, 28,771 inscrits), contre 10,943 à M. Laporte, républicain, il continua de voter avec la minorité de droite contre la politique scolaire et coloniale des ministères républicains.

Porté, le 4 octobre 1885, sur la liste conservatrice du Lot-et-Garonne, il fut élu, le 2e sur 5, et le seul de cette liste, par 42,518 voix (84,783 votants, 101,586 inscrits). Il adhéra en 1888 au programme du général Boulanger, et se prononça, dans la dernière session,

- pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la Constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligue des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.


Né le 18 octobre 1822 à Lacaussade (Lot-et-Garonne), mort le 4 mars 1909 à Lacaussade.

Représentant du Lot-et-Garonne de 1871 à 1876.

Député du Lot-et-Garonne de 1876 à 1889. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. V, p. 269.)

Hermaud Sarrette se représenta en 1889 dans la circonscription de Villeneuve-sur-Lot, mais sans succès ; il s'était rallié au boulangisme que les élections de septembre-octobre mirent en échec. Il obtint cependant 11.897 voix sur 24.438 votants, contre 12.389 à Georges Leygues, élu, et ne fit plus acte de candidature.

Il mourut à Lacaussade le 4 mars 1909, à l'âge de 87 ans.


Retour haut de page