Albert, Daniel Ancel

1844 - 1901

Informations générales
  • Né le 4 octobre 1844 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 11 novembre 1901 à L'île-aux-moines (Morbihan - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Mayenne
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Mayenne
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Mayenne
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Membre de la Chambre des députés de 1876 à 1885, né à Paris, le 4 octobre 1844, il était propriétaire à Bouchamps (Mayenne), maire de cette commune et conseiller général pour le canton de Craon, quand il fut porté, le 20 février 1876, comme candidat conservateur monarchiste, dans l'arrondissement de Château-Gontier : il fut élu par 8 257 voix, contre M. Fournier, candidat républicain constitutionnel, qui en eut 7 722, sur 19 858 inscrits et 16 052 votants. Il siégea à droite, parmi les royalistes, et vota en toute circonstance contre le gouvernement républicain.

S'étant associé à l'acte du 16 Mai 1877, il se représenta après la dissolution de la Chambre, dans la circonscription de Château-Gontier, qui le renomma, par 9 782 voix sur 20 728 inscrits et 17 724 votants, contre 7 664 à M. Duboys-Fresney, fils du sénateur, candidat républicain. Il reprit sa place à droite, et vota notamment :

- le 21 février 1879, contre l'amnistie ;
- le 19 juin (au Congrès), contre le retour des Chambres à Paris ;
- le 16 mars 1880, contre l'application des lois existantes aux congrégations non autorisées ;
- le 8 février 1881, contre le divorce ;
- le 19 mai, contre le scrutin de liste (proposition Bardoux).

Réélu, le 21 août 1881, dans la même circonscription, par 8 375 voix, contre 7 537 données à M. Fournier, candidat républicain modéré, sur 20 729 inscrits et 16 040 votants, il assista rarement aux séances de la Chambre. Pendant la législature, une instance fut introduite près le tribunal civil de la Seine, tendant à lui attribuer un conseil judiciaire. L'affaire n'eut pas de suite.

M. Ancel n'a pas été candidat aux élections du 4 octobre 1885. Il est décédé à L'Ile-aux-Moines (Morbihan) le 11 novembre 1901.

Date de mise à jour: octobre 2017


Retour haut de page