Louis, Jacques Lacaze

1826 - 1897

Informations générales
  • Né le 20 janvier 1826 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 1er novembre 1897 à Lasseube (Pyrénées-Atlantiques - )

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 16 janvier 1882
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Centre gauche

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 8 janvier 1882 au 3 janvier 1891

Biographies

Représentant en 1871, député de 1876 à 1882, membre du Sénat, né à Paris le 20 janvier 1826, fils de M. Henri Lacaze (Voy. ce nom), qui fut député de 1843 à 1848, et neveu de M. Louis Lacaze qui légua au musée du Louvre une remarquable collection de tableaux, il entra au Conseil d'Etat comme auditeur en 1850, et donna sa démission après le rétablissement de l'Empire à l'égard duquel il professa, en qualité d'orléaniste, des opinions indépendantes.

Conseiller général du canton de Lasseube (Basses-Pyrénées), M. Lacaze fut le candidat de l'opposition, le 24 mai 1869, aux élections du Corps législatif dans la 2e circonscription de ce département : il obtint 12 019 voix contre 17 358 à l'élu officiel, M. Chesnelong.

Après la guerre, il se représenta, avec plus de succès, le 8 février 1871, et fut élu, le 1er sur 9, représentant des Basses-Pyrénées à l'Assemblée nationale, par 58 734 voix (61 049 votants, 110 425 inscrits). M. Lacaze prit place au centre gauche, et vota :
- pour la paix,
- contre le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- pour le retour à Paris,
- contre la chute de Thiers au 24 mai,
- contre le septennat,
- contre la loi des maires,
- contre le cabinet de Broglie,
- pour l'amendement Wallon et pour la Constitution du 25 février 1875.

Au moment des tentatives de restauration monarchique, il avait écrit (octobre 1872) à ses électeurs une lettre dans laquelle il déclarait que « l'expérience qu'il venait de traverser lui faisait chercher désormais dans le gouvernement de la République les garanties de liberté dans l'ordre et l'alliance de toutes les forces conservatrices que nous avons été impuissants à réaliser sous la monarchie ».

Il refusa la candidature sénatoriale l'année suivante, et préféra se porter candidat à la Chambre des députés, le 20 février 1876, dans l'arrondissement d'Oloron. Sa profession de foi, après un éloge de la Constitution, se terminait ainsi : « Vous penserez qu'il est temps pour la France, après tant d'efforts pour fixer ses destinées, de chercher dans la pratique loyale de la République constitutionnelle qui est devenue la loi de tous, sous la présidence du maréchal de Mac-Mahon, qui la personnifie, un repos si chèrement acheté. »

Elu député par 9 825 voix (12 255 votants, 17 117 inscrits), contre 2 405 à M. Louis, il reprit sa place au centre gauche et vota avec la majorité républicaine. Il s'associa à la protestation des gauches contre l'acte du Seize-mai, et fut des 363.

Réélu, le 14 octobre 1877, par 9 961 voix (11 032 votants, 17 049 inscrits), M. Lacaze se prononça :
- pour la nomination d'une commission d'enquête parlementaire,
- contre le cabinet Rochebouët,
- pour le ministère Dufaure,
- pour l'article 7,
- contre l'amnistie plénière,
- pour l'invalidation de l'élection de Blanqui.

Il obtint encore sa réélection comme député, le 21 août 1881, avec 9 467 voix (10 170 votants, 16 925 inscrits). Mais il quitta la Chambre, ayant été élu le 8 janvier 1882 sénateur des Basses-Pyrénées par 420 voix (646 votants).

Il fut remplacé comme député, le 26 février, par M. Rey. Au Sénat, M. Lacaze opina avec la majorité, notamment :
- pour la réforme du personnel judiciaire,
- pour le rétablissement du divorce,
- pour les crédits du Tonkin,
- pour la nouvelle loi militaire,
- pour les ministères opportunistes,
et, en dernier lieu :
- contre le rétablissement du scrutin d'arrondissement (13 février 1889).

Il s'abstint sur le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse et sur la procédure à suivre devant le Sénat contre le général Boulanger.

On a de lui :
- Libertés provinciales en Béarn (1867) ;
- Lettre d'un conseiller général sur les dépenses départementales, etc.

Date de mise à jour: avril 2018

Né le 20 janvier 1826 à Paris, mort le 1er novembre 1897 à Lasseube (Basses-Pyrénées).

Député des Basses-Pyrénées de 1871 à 1876.

Sénateur des Basses-Pyrénées de 1882 à 1891.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. III, p. 491).

En 1890, Louis Lacaze rapporte une proposition de loi relative aux syndicats professionnels de patrons et ouvriers à laquelle il se déclare hostile.

Il n'est pas réélu aux élections du 4 janvier 1891.

Il meurt six ans plus tard le 1er novembre 1897 à Lasseube, à 71 ans.