Jean, Alexis Moreau

1801 - 1889

Informations générales
  • Né le 11 janvier 1801 à Le menoux (Indre - France)
  • Décédé le 4 juin 1889 à Guéret (Creuse - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Creuse
Groupe
Gauche
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 5 mars 1876 au 25 juin 1877
Département
Creuse
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Creuse
Groupe
Union républicaine

Biographies

Représentant en 1849, député de 1876 à 1881, né à Menoux (Indre) le 11 janvier 1801, il étudia la médecine, et, reçu docteur, exerça sa profession dans le département de la Creuse.

Républicain, « médecin des pauvres », comme on l'appelle encore dans son pays il fut élu, le 13 mai 1849, représentant de la Creuse à l'Assemblée législative, le 2e sur 6, par 18,247 voix (39,471 votants, 73,014 inscrits). Il siégea à la Montagne, vota avec la minorité démocratique, contre l'expédition de Rome, contre la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, contre la loi du 31 mai sur le suffrage universel, et protesta énergiquement contre le coup d'Etat du 2 décembre 1851.

Poursuivi, il fut condamné à la transportation en Algérie, et resta à Mostaganem jusqu'à l'amnistie de 1859. Il revint alors dans la Creuse, et reprit l'exercice à peu près gratuit de la médecine. Très populaire dans la région, il fut avec succès candidat républicain radical, dans l'arrondissement de Gueret, aux élections législatives de 1876, et fut élu député au second tour, le 5 mars, par 12,718 voix (18,377 votants, 26,537 inscrits), contre 5,573 au général de Laveaucoupet, royaliste. M. Moreau s'inscrivit à l'extrême gauche, vota pour l'amnistie plénière et fut des 363.

A ce titre, il obtint sa réélection, le 14 octobre 1877, par 12,850 voix (18,254 votants, 26,839 inscrits), contre 5,253 au général de Laveaucoupet devenu candidat officiel. Il reprit sa place dans les rangs avancés de la majorité républicaine et se prononça, avec les radicaux, pour la séparation de l'Eglise et de l'Etat, pour la liberté absolue de la presse, de réunion et d'association, etc., et contre la politique opportuniste.

Il ne se représenta pas tout d'abord le 21 août 1881, mais, entre les divers tours de scrutin, sa candidature fut produite, et échoua, le 4 septembre, avec 4,169 voix contre 9,735 à l'élu M. Lacôte, également républicain.


Né le 11 janvier 1801 à Menoux (Indre), mort le 4 juin 1889 à Guéret (Creuse).

Représentant de la Creuse à l'Assemblée législative de 1849. Député de la Creuse de 1876 à 1881. (Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. IV, p. 428.)

Grand ami du socialiste militant Martin Nadaud, libre penseur et personnalité du Grand Orient de France, le docteur Jean Moreau mourut, unanimement regretté de ses concitoyens pour qui il avait tant fait, le 4 juin 1889, à Guéret, à l'âge de 88 ans.

En hommage, la ville de Guéret lui dédia une rue.


Retour haut de page