Léon Vitalis

1826 - 1879

Informations générales
  • Né le 13 mai 1826 à Lodève (Hérault - France)
  • Décédé le 22 avril 1879 à Lodève (Hérault - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Hérault
Groupe
Centre droit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Hérault
Groupe
Centre droit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 31 mai 1878
Département
Hérault
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871, député de 1876 à 1878, né à Lodève (Hérault) le 13 mai 1826, mort à Lodève le 22 avril 1879, ingénieur des arts et manufactures, fabricant de draps dans sa ville natale, il était sans antécédents politiques, lorsqu'il fut élu, le 8 février 1871, représentant de l’Hérault à l'Assemblée nationale, le 4e sur 8, par 51 282 voix (88 483 votants, 141 397 inscrits).

Il prit place au centre droit, fut l'auteur d'une proposition de loi sous forme d'amendement au budget de 1872, portant réduction d'un quart des traitements des fonctionnaires, et vota:

- pour la paix,
- pour l'abolition des lois d'exil,
- pour la pétition des évêques,
- pour la démission de Thiers,
- pour le septennat,
- pour le ministère de Broglie,
- contre l'amendement Wallon,
- pour les lois constitutionnelles.

Réélu, le 20 février 1876, député de l'arrondissement de Lodève, par 7 547 voix (14 606 votants, 17 640 inscrits), contre 7 021 à M. Arrazat, républicain, ancien représentant, avec une profession de foi dans laquelle il se rangeait « avec les hommes modérés et sages, jamais avec les exagérés et les violents, et parmi les défenseurs convaincus de la religion », il siégea parmi les conservateurs et, au 16 mai, soutint le ministère de Broglie contre les 363.

Réélu, le 14 octobre 1877, par 7 607 voix (15 066 votants, 18 139 inscrits), contre 7 344 à M. Arrazat, il vit son élection invalidée par la majorité de la Chambre nouvelle, ne se représenta plus, et fut remplacé, le 7 juillet 1878, par son ancien concurrent, M. Arrazat.


Retour haut de page