Alphonse Picart

1829 - 1884

Informations générales
  • Né le 8 novembre 1829 à Bignicourt-sur-saulx (Marne - France)
  • Décédé le 20 mai 1884 à Vitry-le-françois (Marne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 27 avril 1873 au 7 mars 1876
Département
Marne
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Marne
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Marne
Groupe
Gauche républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1873, député de 1876 à 1881, né à Bignicourt-sur-Saulx (Marne) le 8 novembre 1829, mort à Vitry-le-François (Marne) le 20 mai 1884, il commença ses études au collège de Vitry-leFrançois, les termina à Paris au lycée Saint-Louis, entra à l'Ecole normale supérieure (section des sciences) en 1850, fut reçu agrégé des sciences mathématiques en 1856 et docteur ès-sciences en 1863.

Professeur au lycée Charlemagne, puis, en 1868, professeur de mathématiques spéciales, chargé, en 1872, du cours de calcul différentiel et intégral à la faculté des sciences de Poitiers, il fut élu, le 27 avril 1873, représentant de la Marne, en remplacement de M. Flye-Sainte-Marie démissionnaire, par 14,266 voix (76,518 votants, 111,539 inscrits), contre 23,146 à M. Boissonnet, 6,922 à M. Royer-Collard, et 4,281 à M. Barbat. Dans sa profession de foi, il avait dit : « Je ne suis ni conservateur opiniâtre, ni radical aveugle; je veux une république sagement progressive. » Il prit place à la gauche républicaine, et vota contre la démission de Thiers, contre le septennat, contre l'admission des princes d'Orléans à titre définitif dans l'année, contre le ministère de Broglie, pour les lois constitutionnelles.

Réélu, le 26 février 1876, député de l'arrondissement de Vitry-le-François, par 7,130 voix (12,889 votants, 14,978 inscrits), contre 5,661 à M. de Felcourt, il fut l'un des 363 députés qui refusèrent le vote de confiance demandé par le ministère de Broglie.

Réélu de nouveau, après la dissolution de la Chambre, le 14 octobre 1877, par 8,224 voix (13,119 votants, 15,154 inscrits), contre 4,796 à M. Léon Morillot, il continua de siéger à gauche, soutint la politique scolaire et coloniale du gouvernement, et ne se représenta pas aux élections de 1881.

M. Picart fut admis à la retraite, comme chargé de cours de faculté, le 10 janvier 1882.


Retour haut de page