Eugène Jeanmaire

1808 - 1886

Informations générales
  • Né le 17 juillet 1808 à Epinal (Vosges - France)
  • Décédé le 9 mars 1886 à Epinal (Vosges - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 25 juin 1877
Département
Vosges
Groupe
Gauche républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Vosges
Groupe
Gauche républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1876 à 1881, né à Epinal (Vosges) le 17 juillet 1808, mort à Epinal le 9 mars 1886, il se fit recevoir avocat, fut inscrit au barreau de sa ville natale, et, grâce à sa situation de fortune, put s'occuper surtout d'agriculture.

Conseiller municipal d'Epinal, administrateur du bureau de bienfaisance, maire en 1848, suppléant du juge de paix, conseiller d'arrondissement, hostile à l'Empire, il devint conseiller général des Vosges en 1874, et se présenta aux élections législatives du 20 février 1876, comme candidat républicain modéré, dans l'arrondissement d'Epinal, qui l'élut député par 12,809 voix (21,435 votants, 27,039 inscrits), contre 8,514 voix à M. de Ravinel, représentant sortant, candidat monarchiste. Dans sa profession de foi, il promettait « d'affermir la République conservatrice, qui, seule, peut nous donner la paix, l'ordre et la sécurité ». Il siégea à gauche et fut des 363.

Combattu, aux élections du 14 octobre 1877, par l'administration, il obtint sa réélection par 13,445 voix 23,089 votants, 28,036 inscrits), contre 9,551 voix à M. de Pruines. Il reprit sa place dans la majorité, se prononça:

- contre le ministère Rochebouët,
- pour l'ordre du jour contre « les menées cléricales »,
- pour le ministère Dufaure,
- pour l'article 7 de la loi sur l'enseignement supérieur,
- pour l'invalidation de l'élection de Blanqui,
- pour les lois nouvelles sur la presse et le droit de réunion, etc.

Il ne fut pas réélu en 1881.

Retour haut de page