Jules Rathier

1828 - 1887

Informations générales
  • Né le 7 septembre 1828 à Chablis (Yonne - France)
  • Décédé le 1er octobre 1887 à Chablis (Yonne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Yonne
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 14 octobre 1877 au 14 octobre 1881
Département
Yonne
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Yonne
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 1er octobre 1887
Département
Yonne
Groupe
Union républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1871 et député de 1877 à 1887, né à Chablis (Yonne) le 7 septembre 1828, mort à Chablis le 1er octobre 1887, frère de Charles Rathier qui avait été représentant en 1848, propriétaire-viticulteur à Chablis, conseiller général de l'Yonne, il fut élu, le 8 février 1871, représentant de ce département à l'Assemblée nationale, le 4e sur 7, par 37,499 voix (61,853 votants 113,657 inscrits).

Il vota en général avec la gauche modérée,

- contre la paix,
- contre l'abrogation des lois d'exil,
- contre la pétition des évêques,
- pour le service de trois ans,
- contre la démission de Thiers,
- contre le septennaux,
- contre le ministère de Broglie,

et s'abstint sur les lois constitutionnelles.

Il échoua dans l'arrondissement de Tonnerre, le 20 février 1876, avec 5,432 voix contre 5,866 à l'élu, M. Martenot, bonapartiste ; mais il fut élu dans le même arrondissement, le 14 octobre 1877, par 6,527 voix (12,088 votants, 13,433 inscrits), contre 5,477 à M. Martenot, député sortant, et fut réélu, le 21 août 1881, par 7,430 voix (9,120 votants, 13,399 inscrits). Il prit place à l'Union républicaine et vota constamment avec elle.

Porté sur la liste radicale de l'Yonne aux élections du 4 octobre 1885, il fut élu de nouveau, le 1er sur 6, par 51,315 voix (84,817 votants, 109,551 inscrits), continua de soutenir la politique scolaire et coloniale des ministères républicains, vota l'expulsion des princes, et mourut au cours de la législature.


Retour haut de page